La tête du serpent de mer UE est tranchée

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quelques jours avant le vote sur le Brexit au Royaume-Uni, la Suisse claque la porte au nez de l’Union européenne. Le Conseil des Etats, après le Conseil national, a accepté hier une motion qui demande au Conseil fédéral de retirer formellement la demande d’adhésion de la Suisse à l’UE.

Est-ce une déclaration de guerre? Cela va-t-il envenimer nos relations avec l’UE déjà tendues en raison de l’application de l’initiative «Contre l’immigration de masse»? Non. Le parlement a simplement décidé de trancher d’un coup sec la tête à un vieux serpent de mer de la politique suisse. Rappelons que la demande d’adhésion a été déposée en… 1992, soit il y a vingt-quatre ans. Le Conseil fédéral était alors en pleine euphorie proeuropéenne et pensait donner le cap à la Suisse à la veille du vote crucial sur l’Espace économique européen. Ce fut la Berezina totale après le non du peuple.

«L’adhésion n’est plus un thème politique, mais une espèce de monstre du loch Ness brandi par l’UDC»

Depuis lors, la demande d’adhésion a été remisée au fond d’un tiroir. Ni l’UE ni la Suisse ne lui accordent un quelconque crédit. Il faut dire que l’époque a changé. Les euroturbos qui tenaient le haut du pavé dans les années 90 ont quasi disparu. En 2001, la population refusait déjà sèchement à 76,8% l’initiative «Oui à l’Europe» qui demandait des négociations d’adhésion sans délai avec l’UE.

Nous sommes passés désormais à l’ère des Bilatérales. L’adhésion n’est plus un thème politique, mais une espèce de monstre du loch Ness brandi par l’UDC chaque fois que le Conseil fédéral s’avise de resserrer les liens avec l’UE. Il hante ainsi la discussion sur l’accord institutionnel, défendu par Didier Burkhalter, et qui prévoit une reprise dynamique du droit européen.

La Suisse doit régler pragmatiquement, avant février 2017, son conflit avec l’UE sur la libre circulation des personnes. Elle n’a pas besoin d’un serpent de mer fantomatique en arrière-fond du débat suisse. Le parlement a bien fait de lui trancher la tête. (24 heures)

Créé: 15.06.2016, 22h11

Articles en relation

La Suisse n’est plus candidate à l’adhésion

UE Le parlement a intimé l’ordre au Conseil fédéral d’écrire à Bruxelles pour annuler sa requête vieille de… 24 ans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...