Le Flon, une forêt de bonnes intentions

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a une raison politique pour ne pas détruire la forêt du Flon. Politique et urbanistique. La nouvelle génération d’élus en place dans le canton de Vaud et à Lausanne l’a bien compris. En dix ans, le projet a pris un sérieux coup de vieux. L’interprétation de comment on vit la ville et on s’y déplace a fortement évolué. Même si le plan initial était également porté par deux Verts (Daniel Brélaz et François Marthaler), les écologistes ont désormais changé de camp. Suivant en cela – la précédant parfois pour certains – l’évolution de l’opinion publique.

Avec, pour d’aucuns, son inévitable lot d’opportunisme et de récupération. Chez des élus, chez des décideurs, chez des médias. Chez des commerçants aussi. Il suffit de lire quelques-uns des motifs des recourants au Tribunal administratif fédéral qui demandent de «maintenir le trafic automobile» dans ce secteur pour se rendre compte qu’il n’y a pas que du vert dans le moteur de certains acteurs du Flon.


Lire aussi: «C’est criminel de continuer à émettre autant de gaz à effet de serre»


Il y a une raison sociétale de sauver la forêt du Flon. Et ses abords, serait-on tenté d’ajouter. D’abord, parce que c’est un lieu assez rare et atypique, même si on a pris conscience de ses qualités que récemment. Parce que faire pousser de nouveaux arbres ne remplace pas la valeur des anciens. Et puis, autour de ce bosquet, il y a du patrimoine bâti: les quelques rares vestiges de passé industriel de Lausanne et leur récupération artistique et alternative sont une chance pour une ville qui en a préservé bien peu.

Enfin, et c’est peut-être le plus important, il y a une raison climatique de conserver la forêt du Flon. Scientifiquement argumentée. Oui, ce bois contribue à refroidir l’îlot de chaleur qu’est le centre-ville. Oui, ce secteur arborisé a un rôle à jouer dans la régulation des inondations qui menacent de faire toujours plus de dégâts en milieu urbain. Même si, faut-il le rappeler, le retard dans le projet du tram a aussi son impact climatique… Qui peut aujourd’hui dire, avec le temps que nous avons tous perdu, combien d’émissions de CO2 on aurait pu économiser, combien d’arbres et de poumons on aurait pu préserver si le T1 circulait déjà au lieu d’être reporté aux calendes grecques?

Créé: 08.11.2019, 06h45

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

«C’est criminel de continuer à émettre autant de gaz à effet de serre»

Climat La forêt du Flon, tout comme Extinction Rebellion et le plan climat, animent les débats lausannois. Martin Schlaepfer, biologiste, livre sa vision, scientifique et citoyenne. Plus...

La manifestation pour sauver la forêt du Flon fait un flop

Urbanisme Environ 120 personnes ont marché samedi à Lausanne contre le projet de rampe Vigie-Gonin. Son abandon, annoncé officieusement, ne les a pas convaincus. Plus...

Lausanne ne rasera pas la forêt du Flon pour une route

Mobilité La route qui devait prendre la place de la célèbre forêt du Flon ne sera pas construite. Sur le Grand-Pont, le trafic automobile devrait en revanche être maintenu. Plus...

Près de 120 activistes du climat condamnés

Justice Des militants d’Extinction Rebellion ayant participé à des blocages veulent poursuivre le débat dans l’arène judiciaire. Plus...

Extinction Rebellion occupe le centre de Londres

Lutte pour le climat Les activistes ont bloqué lundi l’accès au quartier de Westminster. Grâce à des astuces plus ou moins extrêmes mais toujours pacifiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.