Le Rom, le mendiant suisse et le fédéralisme

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le fédéralisme a ceci de passionnant que les cantons peuvent servir de laboratoires géants. Et que leurs voisins peuvent s’inspirer de ces expériences. Ou pas. Par exemple, avant d’ouvrir son propre espace de consommation de drogues dures, Lausanne est allée voir du côté de Genève pour comprendre comment cette dernière pratiquait depuis dix ans. En copiant ce qui pouvait l’être. En y ajoutant ses propres spécificités.


Lire aussi: Les mendiants dans l'illégalité depuis minuit


En matière de mendiants, le Canton de Vaud aurait aussi pu aller voir du côté calviniste du bout du lac. Il aurait alors constaté que la répression pure et dure ne fonctionne pas. Depuis 2008, les polices municipales et cantonales genevoises dressent 4000 amendes par année sans encaisser 1 seul franc. Certains réfractaires finissent à la case prison. Avant de ressortir faire la manche. Un délire administratif aux frais du contribuable bien sûr.

Dès aujourd’hui, sur notre sol, les mendiants seront donc punis. Que cela soit le SDF suisse qui quémande «Eh! excuse-moi, t’as pas 2 balles, c’est pour aller à la Marmotte», l’artiste de rue sans autorisation officielle de jouer «El Condor Pasa» ou le Rom, dont on sait pertinemment qu’il vient d’une communauté véritablement ostracisée dans son pays d’origine, par ailleurs membre de l’UE.

«On se réjouit déjà de voir comment les policiers vont faire pour ne pas tomber dans la tentation si facile du délit de faciès et de l’admonestation à géométrie variable»

On se réjouit déjà de voir comment les policiers vont faire pour ne pas tomber dans la tentation si facile du délit de faciès et de l’admonestation à géométrie variable. Personne ne dira qu’il est agréable de croiser le regard triste d’un mendiant rom et d’entendre sa voix plaintive. Un non-échange qui nous renvoie à la fois à notre culpabilité de plus nanti qu’autrui et à la suspicion de se faire arnaquer par de «faux pauvres». Même si personne n’a pu véritablement prouver que la mendicité de cette communauté était organisée en réseau, qui plus est mafieux.

Après la décision du Tribunal fédéral, le Canton a voulu faire vite. On comprend l’intention. Celle de couper l’herbe sous le pied de ceux qui pourraient l’accuser de ne pas appliquer la loi à la lettre. Reste que pareil texte qui touche à la dignité humaine mériterait le temps d’une application fine et d’une formation policière adéquate. Ce d’autant plus qu’on voit mal comment ce dossier ne finira pas par rebondir à la Cour européenne des droits de l’homme. (24 heures)

Créé: 01.11.2018, 08h13

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

La mendicité sera interdite dans une quinzaine de jours

Vaud Mais le «régime d’exception» que souhaite introduire le Conseil d’État vaudois pourrait bien rouvrir la porte aux recours. Plus...

Le TF valide l'interdiction de la mendicité

Vaud Le recours du collectif défendant les mendiants a été rejeté par le Tribunal fédéral. L'interdiction va entrer en vigueur à une date encore non fixée. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...