Le français d’abord! Ce n’est pas négociable

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le débat linguistique qui agite la Suisse alémanique est crucial. Après le parlement thurgovien qui pense utile de repousser l’enseignement du français au secondaire, les Zurichois votent le 21 mai sur une initiative qui aurait les mêmes effets. Raisons invoquées: les enfants sont surchargés, et l’anglais est plus utile. Et plus facile d’accès.

Cette tendance est une hérésie. Primo, ce ne sont pas les élèves qui sont surchargés, mais les enseignants et/ou le système, qui ont du mal à s’adapter à des besoins évolutifs. Secundo, l’anglais n’est ni plus utile ni plus facile, même à l’extrême est de la Suisse. A l’intérieur du pays, les études économiques ne cessent de démontrer que, dans le travail ou les institutions, le contact avec une autre langue nationale est plus fréquent qu’avec l’anglais. Dont la complexité augmente au fur et à mesure de l’apprentissage. Et si «l’anglais de base», sabir international, est plus facile et omniprésent, pourquoi y consacrer plus de temps qu’au français?

Tout cela sonne comme une démission face à une exigence: soigner la connaissance de la langue de l’autre partie du pays. Un fardeau, un luxe? Non, c’est une richesse, qui définit une nation, son ouverture au monde, sa pluralité. L’enseignement romand de l’allemand a beaucoup progressé, s’adaptant aux nouvelles techniques, promouvant la matu bilingue. Aux Alémaniques de faire de même. C’est leur devoir de majoritaires. Et ce n’est pas négociable. (24 heures)

Créé: 10.05.2017, 07h44

*Thierry Meyer, rédacteur en chef

Articles en relation

«Vivre dans un pays plurilingue est un cadeau»

Suisse La linguiste Claudine Brohy est favorable à l’enseignement précoce des langues. Elle revient sur le débat actuel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.