Le vin bio ne connaît pas encore l’ivresse

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vingt-sept exploitations viticoles vaudoises sont reconnues bio par la Suisse alors que les vendanges battent leur plein dans la région et dix supplémentaires sont annoncées pour l’an prochain (notre long-format à retrouver ici). Cela peut sembler une paille face aux 530 producteurs de vin officiellement recensés dans le canton. Pourtant, 7% de bio en 2017, c’est une belle progression dans une branche où, il n’y a pas si longtemps, c’est le représentant du fabricant de produits phytosanitaires qui conseillait directement le vigneron.

Aujourd’hui, les producteurs de raisin ont réalisé un virage extraordinaire dans leur tête. La majorité d’entre eux tentent de réduire au maximum l’utilisation de produits chimique, dans une prise de conscience que la vigne qu’ils cultivent ne doit pas empoisonner leurs enfants, et que les vins qu’ils produisent doivent être le plus naturel possible. Au vu du prix des produits, l’économie peut être importante. Quelques-uns appliquent même les principes bio, sans vouloir demander un label lourd et contraignant.

«Ces courageux entrepreneurs répondent aussi à une demande grandissante des consommateurs»

Certains vont jusqu’au bout du bio ou de la biodynamie. Ils le font par conviction plus que par intérêt: le surcroît de travail qu’ils s’infligent a un coût; le risque de voir leur récolte touchée ou anéantie par la maladie ou les parasites augmente si la vigilance du producteur faiblit, surtout comme en ce début d’année 2016 où la pression du mildiou était extrême. Un instant d’inattention et c’est le travail de toute une année qui peut être fichu.

Pourtant, ces courageux entrepreneurs répondent aussi à une demande grandissante des consommateurs soucieux d’une alimentation honnête – Coop a ainsi doublé ses ventes de vins bio. Mais, surtout, ces crus semblent donner raison à leurs producteurs, avec une expression des terroirs plus exacerbée, particulièrement avec la biodynamie. Le goût au service de l’écologie, en quelque sorte.

Créé: 14.10.2016, 06h47

Chef de la rubrique Culture et Magazine

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...