Les vins suisses peuvent enfin rêver

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En accueillant à Aigle le Concours mondial de Bruxelles, une des dégustations les plus prestigieuses du monde, les vins suisses – et particulièrement vaudois – ont fait coup double. D’abord parce qu’ils ont pu présenter pendant quatre jours leurs vignobles et leurs crus à 350 jurés de 50 pays, des journalistes, des courtiers, des œnologues qui connaissaient mal notre production. Une opération en marge de la compétition très bien organisée par le comité local du concours.


A lire: L’accueil du Concours de Bruxelles profite aux vins vaudois


Mais, surtout, accueillir la dégustation à Aigle a incité beaucoup de vignerons suisses à présenter leurs vins, trois fois plus que d’ordinaire, soit 600 échantillons. Et la récompense est venue, avec 172 médailles suisses, dont 75 vaudoises, et le titre ultime pour un chasselas de Yens-sur-Morges à 9 fr. 80 sacré révélation suisse 2019. Bien sûr, on pourra arguer que, comme dans chaque concours vinicole, 30% des candidats sont récompensés, proportion qu’on retrouve dans les résultats helvétiques. Bien sûr, on sait qu’obtenir une des 2724 médailles de Bruxelles 2019 est encourageant mais que ce n’est pas exceptionnel et que c’est donc difficile à «marketer» et à communiquer.

Voir que nos vins dans leur ensemble tiennent parfaitement leur place dans une compétition internationale relevée donne de la confiance tant aux producteurs suisses – parfois un peu trop modestes – qu’aux consommateurs du pays qui trouvent parfois que la vigne est plus verte ailleurs. Quand on sait que la consommation nationale ne cesse de s’éroder, c’est un signal positif fort adressé aux acheteurs.

La Suisse, vingtième pays producteur mondial de vins, montre donc qu’elle propose de beaux crus. Mais, hélas, ils sont souvent à des prix trop élevés en comparaison du moyen de gamme international. Si les Helvètes veulent exporter un tout petit peu plus que ce qu’ils font aujourd’hui (moins de 1%), ils ne peuvent donc viser que la qualité. Et continuer d’obtenir une reconnaissance internationale par le biais de campagnes et de concours. Au moins, ils peuvent rêver.

Créé: 13.05.2019, 22h30

David Moginier, responsable Gastronomie et vins

Articles en relation

L’accueil du Concours de Bruxelles profite aux vins vaudois

Dégustation La Suisse se classe au 5e rang des nations du concours mondial à Aigle, avec 172 médailles, dont une Grand Or obtenue à La Côte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.