Mais où commence l’optimisation fiscale?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cher lecteur, vous tenez dans les mains un journal pas tout à fait comme les autres. C’est la première fois que nous y publions, la loi nous autorise à les demander, les revenus et fortunes imposables 2015 de six conseillers d’État. Ceux qui étaient alors en fonction puisque Cesla Amarelle a remplacé Anne-Catherine Lyon au Château.

Cet exercice n’est ni une chasse aux sorcières, ni un tribunal. Il sert à comparer le montant sur lequel cinq ministres ont été taxés avec celui de Pascal Broulis. À qui les médias, mais aussi certains députés, voire désormais certains collègues, demandent de bien vouloir expliquer comment il peut être majoritairement taxé à Sainte-Croix tout en ayant un grand appartement à Lausanne, où sa femme vit et où son fils est scolarisé.

«Cet exercice n’est ni une chasse aux sorcières, ni un tribunal. Il sert à comparer le montant sur lequel cinq ministres ont été taxés avec celui de Pascal Broulis»

Les cinq autres ministres ont tous accédé à notre demande de transparence pour expliquer comment ils arrivent à ce revenu fiscal en 2015. Ils ne l’ont certainement pas fait de gaieté de cœur – personne n’aime donner ce genre de détails –, mais parce que la situation l’exigeait. Et dans ce jeu de comparaison, il y a un fait nouveau. En se domiciliant à Sainte-Croix, Pascal Broulis – qui a enfin répondu à plusieurs de nos questions précises – a économisé bien plus que quelques centaines de francs sur sa douloureuse fiscale. Il est désormais acquis que le conseiller d’État en charge des Finances diminue grâce à des déductions sur les frais de transport sa facture d’impôts de plusieurs milliers de francs. On passe donc, clairement, d’un homme politique qui disait vouloir aider sa commune de cœur à un processus qui pourrait s’apparenter à de l’optimisation fiscale. Ce que l’homme politique a toujours nié vouloir faire.

Encore une fois, jusqu’à maintenant, il n’y a rien d’illégal. Au temps des questions se substitue pourtant dorénavant celui des réponses. Et on est habilité, preuves à l’appui, à se redemander pourquoi un ministre des Finances qui porte haut les valeurs de l’impôt heureux pour les autres peine visiblement à se l’appliquer à lui-même. De quoi débattre effectivement. La semaine prochaine promet donc ce nécessaire exercice de clarification devant les parlementaires, ces autres élus des Vaudois. (24 heures)

Créé: 02.03.2018, 23h43

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

Pascal Broulis parle enfin… mais sans donner de réponse

Impôts Le conseiller d’État en charge des Finances vaudoises refuse toujours de s’expliquer sur sa situation fiscale. Pourquoi? Plus...

Le Conseil d’État fait une «mise au point» partielle

Affaire Broulis Le gouvernement a publié en rafale des notes à la presse sur la scolarisation de l’enfant Broulis et le cas fiscal de Mme Moret, mais rien sur celui de M. Broulis. Plus...

Nuria Gorrite répondra sur «l'affaire Broulis»

Vaud Appelée à se prononcer devant le Grand Conseil vaudois sur l'affaire qui touche son collègue, Nuria Gorrite interviendra mardi prochain. Plus...

C'est le domicile de son épouse qui a attiré l'attention sur Pascal Broulis

Vaud Le Matin Dimanche Le patron des Finances n’a pas payé un franc d’impôt communal à Lausanne pendant neuf ans. On apprend aujourd’hui comment la Municipalité l’a découvert. Plus...

Pendant neuf ans, Pascal Broulis n’a pas payé d’impôt communal à Lausanne

Le Matin Dimanche Chef des Finances depuis 2002, le conseiller d’État était déjà critiqué pour sa manière de partager ses impôts. Aujourd’hui, on découvre plus: jusqu’en 2011, il payait tous ses impôts communaux à Sainte-Croix. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...