#MeToo ou la mélodie du bon sens

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une puissante lame de fond qui traverse depuis plusieurs mois les zones les plus opaques du monde du cinéma et qui s’attaque avec une précision tout aussi impitoyable à l’univers de la musique classique et de l’opéra. Avec le mouvement #MeToo, les cinéphiles et les mélomanes – mais pas seulement – ont assisté, médusés, à un spectacle saisissant: celui de la chute verticale de divinités qu’on pensait au-dessus des faiblesses humaines. Les Harvey Weinstein, pour le septième art, puis les James Levine, Charles Dutoit ou Daniele Gatti, pour la direction d’orchestre, ont été subitement écartés des scènes après des enquêtes minutieuses menées par la presse américaine. Les révélations de celle-ci ont mis en lumière les inconduites, les agressions et les harcèlements sexuels. Les faiseurs de princes, qui pouvaient décider d’un simple mot ou d’un infime mouvement de sourcils du devenir artistique d’une personne, sont passés à la trappe, sanctionnés par d’autres décideurs.


A lire: #MeToo pousse opéras et orchestres à réagir


Ce châtiment professionnel, pratiqué sans états d’âme dans le monde anglo-saxon, suscite sous nos latitudes des commentaires discutables. On évoque l’absence de preuves étayant les propos accusateurs; on brandit le sacro-saint principe de la présomption d’innocence. Autrement dit, on soutient qu’en absence de condamnation pénale, ces artistes devraient pouvoir bénéficier d’un droit quasi inaliénable à la scène. Le concert que donnera Charles Dutoit à Montreux, où il clôturera le festival Septembre Musical, procède de ce raisonnement.

On oublie les contextes dans lesquels se sont matérialisées la plupart des agressions. Car – faut-il le rappeler – le monde du classique et de l’opéra est peuplé de loges et d’alcôves, de recoins où l’absence de témoins a permis le glissement vers les abus. L’impossibilité, des années plus tard, de réunir des preuves doit alors pousser vers un autre principe, celui de précaution. La suspension de ces personnages relève donc de l’élémentaire bon sens.

Créé: 25.08.2018, 08h17

Rocco Zacheo, rubrique Culture

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.