Viola Amherd, une question d’équilibre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Enfin, le PDC détient une carte maîtresse dans la course à la succession de son unique conseillère fédérale, Doris Leuthard. Avec la candidature de Viola Amherd, il peut ambitionner de présenter un ticket qui satisfait l’Assemblée fédérale et réduit le risque de candidatures sauvages. Bien sûr, la Haut-Valaisanne n’a pas le charisme d’une Karin Keller-Sutter au PLR. Elle se présente plutôt à la manière d’une Eveline Widmer-Schlumpf: pragmatique, solide sur les dossiers, les pieds bien ancrés dans la terre, sans oublier un certain sens de l’humour et de la dérision.


A lire l'article: Le PDC pousse un ouf de soulagement avec la candidature de Viola Amherd


Viola Amherd incarne des valeurs chères au PDC. Elle représente la défense des régions décentralisées et de l’arc alpin. Elle permettrait, aux côtés de Karin Keller-Sutter, de faire presque parvenir le Conseil fédéral à la parité hommes/femmes. Mais l’ancienne présidente de Brigue ne fait pas que remplir des critères de sexe ou de provenance. Elle incarne aussi un équilibre dont la politique suisse a aujourd’hui besoin. Cette législature est marquée au fer rouge par l’échec des grandes réformes. Avenir des retraites, fiscalité des entreprises, dossier européen: la politique suisse est devenue imprévisible. Elle s’est durcie également. Or ce n’est pas uniquement par ses talents de communicatrice et son entregent que Doris Leuthard a été l’une des ministres au bilan politique les plus riches: elle a constamment cherché le compromis le plus solide avant de descendre dans l’arène. Libérale humaniste, fiable, Viola Amherd semble faite de ce bois-là.

Dans l’immédiat, elle permet aussi au PDC de reprendre des couleurs. Cette course au gouvernement ressemblait de plus en plus à un chemin de croix pour les démocrates-chrétiens. Le parti aura dû attendre la veille du délai imparti à ses sections pour que sa favorite sorte du bois. Et encore, presque sur un lit d’hôpital! La péripétie tient peut-être de l’anecdote. Elle devrait quand même inviter le PDC à réfléchir à sa manière de gérer les échéances, alors que les formations écologistes du pays revendiquent désormais ouvertement son siège au gouvernement.

Créé: 24.10.2018, 21h17

Lise Bailat, Correspondante parlementaire

Articles en relation

Le PDC pousse un ouf de soulagement avec la candidature de Viola Amherd

Succession Doris Leuthard La conseillère nationale valaisanne se lance dans la course au Conseil fédéral. Elle est quasi assurée d’être sur le ticket du parti. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.