Où appuyer pour tout changer?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pendant que les gouvernements sont occupés à repousser un hypothétique krach économique, des citoyens tentent de freiner un écroulement bel et bien en marche. L’urgence climatique est là, ses observateurs en brandissent les symptômes, proposent des solutions. Mais une question demeure: comment les faire entendre? Comment faire percuter les foules égocentriques? Sur quel interrupteur presser pour déclencher une prise de conscience planétaire? Vaut-il la peine de faire circuler des initiatives? De descendre dans les rues? De houspiller des élus?

A lire aussi: «Que dire à Trump pour le faire changer d’avis?»

En plus des questions de fond étudiées cette semaine à Lausanne, les participants de Smile For Future se sont heurtés à cet écueil, le seul en réalité à faire obstacle au changement: la révolution de constructions mentales héritées d’un autre temps. Temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

Par leur complexité, par les remises en question qu’ils impliquent, les enjeux environnementaux peinent à être empoignés par des actions traditionnelles, comme ils butent sur les défenses cognitives individuelles. Que le curseur soit placé sur confort ou sur anxiété, le stade du discours est difficile à dépasser alors que celui de l’action, répètent Greta Thunberg et ses compagnons, devrait être engagé depuis longtemps.

Alors en tâtonnant, en alternant ivresse et gueule de bois, ces activistes quêtent de nouveaux modèles politiques, des fonctionnements alternatifs où le participatif s’affranchit du représentatif inféodé aux idéologies partisanes, quand ce n’est pas aux lobbies. Le militantisme plus radical proposé par Extinction Rebellion est aussi, à sa manière, une exploration destinée à court-circuiter les rouages d’un système emporté par sa propre inertie dans une voie sans issue.

L’entendez-vous? C’est le grand laboratoire humain occupé à appréhender un contexte inédit, à forger un autre pouvoir, à même d’appréhender le rythme frénétique d’une réalité qui nous dépasse.

Créé: 10.08.2019, 08h52

Flavienne Wahli Di Matteo, journaliste (Image: PATRICK_MARTIN)

Articles en relation

Des cris du monde entier dans les rues de Lausanne

Environnement Autour de Greta Thunberg, quelque 2500 personnes, en grande majorité des jeunes, ont manifesté vendredi après-midi en faveur du climat dans les rues de la capitale. Plus...

«Que dire à Trump pour le faire changer d’avis?»

Climat Greta Thunberg se réjouit des avancées du sommet de Lausanne. L’adolescente va traverser l’Atlantique à la voile pour porter son combat sur le continent américain. Plus...

«Pour le climat, on doit maintenir la pression»

Lausanne Le sommet Smile For Future s'est achevé vendredi matin avec une déclaration commune des 450 jeunes participants. Des grèves sont annoncées en septembre dans plusieurs pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.