L'argent de poche, une question de choix

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Bigre, serais-je radin? Je ne donne encore aucun argent de poche à mes deux garçons, qui auront bientôt 11 et 13 ans. Pas plus que je n’en recevais à leur âge. A en croire l’étude publiée mercredi par Credit Suisse et Pro Juventute, mes enfants ne sont pas seuls dans leur cas: en Suisse romande, une majorité des écoliers doivent attendre l’entrée au secondaire pour y avoir droit. Voilà qu’apparaît une facette inattendue du Röstigraben: les Alémaniques se montrent bien plus enclins que les francophones à confier un petit pécule à leur progéniture. Histoire, disent-ils, de leur enseigner la gestion autonome des sous.

Il suffit d’en parler deux minutes autour de vous pour réaliser à quel point le sujet est sensible. On touche à la fois au porte-monnaie et à l’éducation des enfants… Etincelles garanties! Mais, à la réflexion, difficile de conclure qu’une pratique vaut mieux que l’autre. Mes enfants ne manquent de rien, rassurez-vous: quand le cadet perd une dent de lait, il découvre une pièce sous son oreiller en se réveillant le lendemain matin. Quant à l’aîné, son club de foot lui verse 20 francs chaque fois qu’il arbitre un match de juniors. Et il n’est pas rare que tous deux reçoivent une récompense après un examen particulièrement réussi à l’école. Ensuite, c’est à eux d’apprendre à économiser leur bas de laine ou à le dépenser en toute connaissance de cause. Exactement comme les petits Alémaniques.

Les tenants de l’argent de poche au plus jeune âge font valoir son aspect inconditionnel. Que l’enfant ait été adorable ou odieux à la maison, studieux ou indiscipliné en classe, il recevra la somme promise à la date convenue et pourra en disposer librement. S’il la dilapide en un achat et réclame des sous avant le prochain versement? Aux parents de trancher en fonction des circonstances. L’éducation est un exercice d’équilibrisme quotidien, une remise en question permanente. Une affaire tellement personnelle qu’il serait dangereux de juger des choix d’autrui. En matière financière, Pro Juventute met cependant le doigt sur une certitude: il faut mettre en garde nos enfants contre les dangers des dépenses à crédit et de l’endettement précoce. Car cet abîme-là est sans fond… des deux côtés de la Sarine. (24 heures)

Créé: 13.07.2017, 06h57

Patrick Monay, rubrique Suisse

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Apprendre à gérer ses sous commence dès l'âge de 6 ans

Education Les Alémaniques croient davantage que les Romands aux vertus éducatives de l’argent de poche. Une première étude révèle les contours de cette pratique hautement sensible. Plus...

«Avec l'argent de poche, les enfants peuvent faire leurs propres expériences»

Interview Pro Juventute publie aujourd'hui la première étude de grande ampleur sur l'argent de poche. Sa directrice s'en explique. Plus...

Dès 8 ans, les garçons gagnent plus que les filles

Grande-Bretagne Une étude montre que les parents donnent 12% de plus d'argent de poche aux garçons. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...