L’art de compliquer le chantier de la gare

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«La gare de Lausanne est absolument prioritaire», clamait le directeur de CFF Infrastructure, Philippe Gauderon, au début de la décennie. Sept ans plus tard, cette affirmation est toujours d’actualité. Mais les travaux sur ladite gare n’ont toujours pas débuté.

Pourtant, la refonte du nœud ferroviaire lausannois relève du rattrapage, tant le développement des infrastructures a pris du retard par rapport à l’essor démographique de l’arc lémanique.


A lire aussi : La nouvelle gare s’enlise dans les procédures


L’heure tourne. Dans une évaluation sur l’avancement des travaux, publiée ce printemps, l’Office fédéral des transports (OFT) note que pour «la transformation de la gare et la 4e voie Lausanne-Renens, la pression des délais est très élevée». Cela ressemble fort à la dernière étape avant l’opération de com des CFF pour nous annoncer une mise en service retardée.

Le dossier de la gare est au stade de la procédure d’approbation des plans depuis plus de trois ans. Tous les acteurs, CFF, Canton, Ville et OFT, tempèrent en expliquant que le projet est «très complexe» et qu’il nécessite «beaucoup de coordination». On pourrait alors se demander pourquoi nos autorités ont corsé l’opération en appondant la construction du quartier des musées au projet «très complexe» de la gare.

Bien sûr, les protagonistes assurent en public que tout se fait en bonne intelligence. Mais la future installation de la station de chantier pour la gare sur l’esplanade du Musée cantonal des beaux-arts (MCBA) a déjà généré d’intenses négociations. Pour ne citer qu’un exemple.

«Le MCBA sera sûrement très beau, mais il relève de la friandise en regard du développement de la gare»

On ose espérer que tous les acteurs ont désormais assimilé l’ordre des priorités. Ne serait-ce que par respect pour les pendulaires qui s’entassent dans les trains. Le futur MCBA sera sûrement très beau, mais il relève de la friandise en regard du développement de la gare qui est de première nécessité pour la région.

Sur le plan national, il est utile de garder à l’esprit les négociations sur les prochaines tranches de financement des infrastructures.

Afin de conserver toutes nos chances pour continuer à développer ce coin de pays, il faudrait éviter de passer pour des baltringues qui ne tiennent pas les délais. (24 heures)

Créé: 07.08.2018, 22h49

Articles en relation

PS: entre ambitions et calculs électoraux

Candidates socialistes Fabienne Freymond Cantone se lance dans la course au Conseil d’Etat. Florence Germond renonce. Plus...

Renaud Bournoud, Politique vaudoise. (Image: Florian Cella)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.