De bonnes questions au sujet de l’islam

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains évoquent un brûlot islamophobe, d’autres s’en serviront pour durcir leur rejet viscéral de la religion musulmane. Le livre de Shafique Keshavjee, «L’islam conquérant», met en lumière des passages violents du Coran et d’autres textes fondateurs de la religion d’Allah. Il appelle les musulmans à prendre une distance claire avec ces textes. Ne pas le faire, selon Shafique Keshavjee, revient à tolérer une dimension politique et guerrière dont certains groupes extrémistes se réclament pour semer la terreur.


A lire l'article: «L’État de Vaud ne peut pas ignorer la violence contenue dans le Coran»


Bien connu des protestants romands, Shafique Keshavjee est un chrétien de la tendance confessante, un homme en mission qui aime secouer les esprits. La pertinence de son livre en souffre un chouïa. Et on rétorquera facilement à Monsieur le pasteur que certains passages de l’Ancien Testament ne sont pas recommandés comme des lectures pour les enfants, ni comme des exemples d’humanisme. Mais ce serait mal connaître cet intellectuel, infatigable artisan du dialogue interreligieux depuis des décennies, que le prendre pour un contempteur primaire de l’islam.

Nuancées et documentées, les questions de Shafique Keshavjee apparaissent pertinentes. La majorité des musulmans en Suisse aspire à vivre en paix et n’a rien à voir avec les velléités de conquête de certains groupes. Pourquoi, dès lors, ne pas accepter de débattre des textes problématiques? Pourquoi ne pas prendre une distance claire avec certains groupes salafistes qui en font des interprétations incompatibles avec la paix religieuse? «Il est indiscutable que l’utilisation de la terreur et de la torture a été explicitement justifiée par les textes fondateurs de l’islam, écrit Shafique Keshavjee. Et il est irrecevable que des musulmans – par ignorance ou par camouflage – répètent en boucle: «Cela n’a rien à voir avec l’islam.»

Accepter d’entrer dans ce débat serait utile à l’heure où les musulmans se préparent à signer un accord pour leur reconnaissance par l’État. Répondre aux questions de Shafique Keshavjee, c’est se préparer à un débat public où aucune question ne sera laissée de côté. (24 Heures)

Créé: 05.02.2019, 09h00

Articles en relation

«L’État de Vaud ne peut pas ignorer la violence contenue dans le Coran»

Religion Shafique Keshavjee publie «L’islam conquérant» où il met en lumière la justification de la haine par certains textes religieux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.