Brandons et satire, un droit menacé?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Durant plusieurs années, l’ancien comité des Brandons d’Yverdon, le grand raout populaire qui marque chaque année la fin de l’hiver, a nagé en eau trouble. À la suite d’importants déficits, la fête avait même été annulée l’année dernière. Aujourd’hui, nous vous révélons qu’une plainte pour vol a été déposée contre son ancien président, qui aurait piqué 12'000 francs dans la caisse de l’association. Ce dernier nie tout en bloc et est présumé innocent.

Il n’empêche que la gestion calamiteuse et la comptabilité lacunaire de l’organisation alors sous sa responsabilité sont, selon nos informations, pointées du doigt dans un audit financé par la Ville. Le Service de la culture tout comme la nouvelle équipe d’organisateurs bénévoles refusent de nous donner le document. Le comité fraîchement aux affaires a de bonnes raisons, pense-t-il, d’agir de la sorte. Pour justifier son refus de transparence, il invoque par la voix de son président la procédure en cours mais craint surtout le dégât d’image, à quelques semaines du retour de la manifestation dans les rues de la cité thermale. Mais qu’il se rassure. La population aurait tort d’amalgamer la nouvelle organisation avec les errements de l’ancien président.


Lire aussi: L’ex président des Brandons accusé d’avoir piqué dans la caisse


Pour 2020, le comité a revu son budget à la baisse et assure réfléchir avant de dépenser le moindre franc. Il affirme en outre travailler en bonne intelligence avec le Service de la culture, tandis que la Ville continue d’octroyer 40'000 francs de subvention à la manifestation chaque année.

Les organisateurs pourront-ils faire perdurer cette irrévérencieuse mais indispensable tradition, quitte à mordre la main qui les nourrit?

Cependant, là où le bât blesse, c’est quand le nouveau président explique à nos confrères de «La Région» que «par le passé, c’est parfois allé beaucoup trop loin, notamment dans les sentences», ces traditionnels discours satiriques. Les Brandons ne sont pas seulement une occasion d’abuser de la boisson et des confettis. Historiquement, cette fête, qui trouve son origine au Moyen Âge, est une occasion unique pour la population de prendre possession de sa ville.

Les allocutions au goût parfois rance qui sont prononcées à cette occasion permettent de dégonfler les chevilles des politiques et des notables de tout acabit. Alors, les organisateurs pourront-ils faire perdurer cette irrévérencieuse mais indispensable tradition, quitte à mordre la main qui les nourrit? Toujours dans le journal local, la municipale de la Culture assure que oui, comparant cette liberté à celle de la presse. Dans tous les cas, les Yverdonnois devront y veiller. Car ces laïus acides ont plus que jamais leur place dans l’espace public.

Créé: 06.02.2020, 21h28

Articles en relation

Le Bonhomme Hiver brûlera aussi en 2020

Nord vaudois Le comité des Brandons de Grandson a tiré la prise pour l'année prochaine, mais des sociétés locales ont repris le flambeau. Une fête formule réduite aura lieu le 29 février. Plus...

La nouvelle présidente des Brandons d'Yverdon claque la porte

Yverdon-les-Bains Sur fond de désaccord, Malika Ajlani quitte la présidence du carnaval, cinq mois seulement après y être arrivée. Plus...

Les Brandons se terminent avec un «record» d’affluence

Moudon Environ 13'000 personnes ont assisté au grand cortège du dimanche, selon les organisateurs. Plus...

Antoine Hürlimann, rubrique Vaud & régions

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...