CarPostal, klaxonnons la fin de la récréation

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a peut-être trois notes qui unissent les Suisses plus que l’hymne national au grand complet. Le do dièse – mi – la, tiré de l’ouverture du Guillaume Tell signé Gioachino Rossini. Ce «Du-Da-Doo» sorti d’un klaxon que l’on peut entendre dans presque chaque lacet qui monte ou qui descend vers un village reculé de nos beaux cantons. En ce moment où l’on n’a rarement parlé autant de service public, grâce ou à cause de «No Billag», CarPostal représente – ou représentait? – la quintessence de cette solidarité fédérale qui fait qu’aucune communauté, fût-elle encaissée au fond d’une vallée, n’était oubliée en matière de desserte. Mandat qui, de surcroît, ne se faisait pas sans innovation. On pense notamment aux navettes sans conducteurs testées depuis quelques mois à Sion.

Est-on désormais condamné à parler à l’imparfait en matière d’identification à l’entreprise arborant fièrement le logo en forme de cor? Avec ses 4000 employés, ses 2200 véhicules, et ses 152 millions de passagers qu’elle transporte chaque année. Pour rappeler CarPostal à son mandat, il n’y a pas forcément besoin de battre le rappel des syndicats ou de la gauche. Dans sa dernière prise de position, l’Office fédéral des transports (OFT) s’en charge. Pour son directeur, Peter Füglistaler, «le comportement des responsables de CarPostal laisse sans voix».

«La Confédération et les cantons lui versent des indemnités de l’ordre de 340 millions»

En vrac, le haut fonctionnaire rappelle au gérant jaune quelques vérités. Que CarPostal, lorsqu’elle est en situation de monopole, gonfle les prix. Et ce alors que la Confédération et les cantons lui versent des indemnités de l’ordre de 340 millions de francs par an au titre des coûts non couverts. Que c’est sur la satisfaction du client et du contribuable qu’il faut concentrer «tous les efforts». Que «maximiser les profits» ne fait pas partie de l’objectif assigné. Que les «bénéfices ont été détournés et occultés».

Franchement, que va donc chercher CarPostal dans le marché français en pratiquant de la sous-enchère? Et ce, alors même que l’on s’insurge à raison des conditions de travail des chauffeurs des compagnies étrangères qui veulent grappiller un marché suisse désormais ouvert. Tout cela fait beaucoup pour un seul homme.

Ou plutôt pour une seule femme en l’occurrence: Susanne Ruoff, la directrice générale de La Poste. Dans le moteur pour faire redémarrer CarPostal, on voit mal comment ce fusible ne pourrait pas sauter. Le retour à la confiance est à ce prix. (24 heures)

Créé: 09.02.2018, 20h49

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

Leuthard exige toute la lumière sur le scandale CarPostal

La Poste L’affaire gagne le Conseil fédéral. Alors que certains élus demandent la tête de Susanne Ruoff, les présidents de partis tempèrent. Plus...

L’affaire CarPostal rebondit en France avant un jugement crucial

La Poste Les millions perçus illégalement par l’entreprise ont-ils servi à sponsoriser sa filiale en France? Personne ne peut l’exclure à ce stade. Plus...

Le scandale de CarPostal fait trembler la cheffe de la Poste

Ex-régie fédérale La filiale du géant jaune a grugé les collectivités publiques de 78 millions. L’affaire met-elle Susanne Ruoff sur la sellette? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.