Passer au contenu principal

Choisir entre la règle et la ministre

C’est désormais officiel, le Parti socialiste vaudois a un problème. Et il se l’est inventé tout seul. Anne-Catherine Lyon, forte de son bilan, va solliciter son aval pour être, une quatrième législature de rang, candidate à sa succession au Conseil d’Etat – et à un département qu’elle n’imagine pas quitter.

On peut comprendre l’attachement, sincère, de Mme Lyon à sa tâche, la passion et l’énergie qu’elle met dans son action. Le sens de la durée n’est pas que chercher à s’accrocher au pouvoir, c’est aussi une qualité. Face à la complexité des dossiers, l’expérience est un atout. La doyenne du gouvernement a longuement réfléchi à sa position, elle a choisi, en conviction. C’était son droit le plus strict.

Le PSV a aussi un problème Maillard

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.