Passer au contenu principal

Corona ou pas, ne m’insulte pas!

Enfin. Je me suis longtemps demandé comment elle avait tenu aussi longtemps. J’avais même fait quelques captures d’écran en vue d’y consacrer un sujet avant que «Le Matin» ne s’en saisisse en 2017. En matière d’insultes publiques reçues, en toute lâcheté, sous couvert de pseudos, Ada Marra est une sacrée pointe de l’iceberg. Et il est temps que l’on se demande comment une élue ou un élu de milice, que l’on soit d’accord ou pas avec elle ou lui, peut se retrouver sous un flot de haine sans «un accompagnement concret contre les menaces et les injures violentes».

La prise de conscience n’est pourtant pas gagnée. Quand Kevin Grangier, juste avant que le coronavirus ne mange tout notre espace de cerveau disponible, prend la défense de la socialiste sur Facebook malgré leurs différences idéologiques, il récolte de ses followers tout au mieux un «Qui sème le vent récolte la tempête», voire un «Certains chênes penchent au premier souffle comme des roseaux». Et je ne doute pas, comme l’écrit le président cantonal des agrariens dans son post sur le sujet, que «nombreuses et nombreux sont les membres de l’UDC Vaud qui sont également victimes de menaces et insultes identiques. Il faut que ça cesse.»

«Les injures, notre rédaction n’y échappe pas non plus»

Les injures, notre rédaction n’y échappe pas non plus. Au verso d’une belle carte postale fleurie avec le message imprimé «Une pensée pour toi», un lecteur qui a oublié de signer vient d’écrire depuis Éclépens à une collègue: «Sale truie, tu n’es qu’une obsédée sexuelle de merde. Tu devrais écrire sur les bordels et les putains [...]» Nous avons aussi récemment reçu une lettre héroïquement non paraphée d’une soi-disant septantaine de personnes accusant une collègue d’antisémitisme et faisant colporter des ragots sur les liens entre sa vie privée et ses sujets d’enquête. Plainte a été déposée.

Avec la montée en puissance du coronavirus se sont ajoutées des critiques «constructives» sur notre ligne éditoriale, genre «La honte, restez chez vous!» ou le déroutant «Vous nous les cassez avec votre virus débile!!! Ras le bol de vos infos qui font flipper la Suisse romande et le peuple de mongolien Suisse!!!» Après publication d’un reportage sur les plus de 65 ans refusant de rester confinés chez eux, on nous a accusés de faire de la «délation» envers les seniors. Sans oublier, bien sûr, que nous nous en mettons «scandaleusement plein les fouilles» en profitant de la crise. Les mots ont un sens, les insultes aussi. Corona ou pas, et même s’ils proviennent d’une minorité.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.