Passer au contenu principal

Du danger de tirer la couverture à soi

L’industriel vaudois Bernard Rüeger et Christian Constantin seront bien forcés de s’entendre. Comme ils ont été contraints de s’associer.

Lorsque les gouvernements vaudois et valaisan ont appris que des acteurs privés de leurs cantons respectifs concoctaient des projets visant à accueillir les Jeux d’hiver 2026, ils ont assorti leur éventuel soutien d’une condition pas négociable: que les deux projets fusionnent. Lucides, les instigateurs acceptaient dans la foulée. Le choix est évident tant il s’impose à l’esprit. Que l’on réalise que les pistes où se dérouleront les épreuves de ski de Pékin 2022 se situent à quelque 200 kilomètres de la ville chinoise suffit à ne pas s’émouvoir en apprenant que le projet de la Suisse occidentale prévoit des épreuves entre Berne, Fribourg, Vaud et le Valais. Les porteurs du projet l’ont bien compris.

«Bernard Rüeger et Christian Constantin seront bien forcés de s’entendre»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.