Passer au contenu principal

Le débat escamoté

La droite vaudoise s’inquiète de la hausse accélérée et continue des dépenses sociales. En effet, ce n’est pas banal de constater que lors de la législature écoulée la facture sociale cantonale a augmenté deux fois plus vite que la hausse moyenne des charges de l’Etat. L’UDC et le PLR n’ont toutefois pas le courage de proposer des alternatives.

Ils se retiennent d’identifier quelles prestations ils voudraient raboter. Rien de concret n’est défendu devant l’électeur. La critique visant la «gauche dépensière» en devient anémique. Et comme la traque aux abus à l’aide sociale, renforcée par le patron socialiste du DSAS, récolte des fruits, la petite musique de la droite contre l’excès de générosité sociale fait «pfuitt».

Le PLR se retient aussi de préconiser une baisse d’impôts pour les personnes physiques. Avec un excédent total de recettes de 640 millions aux comptes 2016, il y avait pourtant de la marge pour ouvrir la discussion. Il existe d’excellentes raisons de soutenir les deux déciles les plus fragiles de la population vaudoise; il y en a aussi quelques bonnes à donner un bol d’air à la majorité des Vaudois qui composent la classe moyenne. Une modeste baisse d’impôts – 2 ou 3 points – forcerait le gouvernement à stabiliser les dépenses du ménage cantonal. Donc à affiner ses priorités. On sortirait du cocon consensuel.

Ce débat n’a pas lieu. La droite l’a confisqué en privilégiant des baisses fiscales pour les seules entreprises – donc pour l’emploi et le dynamisme économique. En échange d’une politique de cohésion sociale ambitieuse et singulière en Suisse, qu’elle assume malgré la fausse impression donnée par ses timides banderilles lancées contre la facture sociale.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.