L’éléphant et la porcelaine

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelle est la juste rémunération d’un médecin-chef dans les hôpitaux régionaux vaudois? Est-ce acceptable qu’un médecin-chef soit pour l’essentiel de son activité un employé de l’hôpital mais conserve un statut d’indépendant dans certains rapports contractuels avec l’hôpital? Ces deux questions sont au cœur de l’intervention musclée de Pierre-Yves Maillard.

Déboulant comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, le patron de la Santé publique veut imposer une série de règles à des hôpitaux qui y échappent encore. Le fantasme des salaires pharaoniques de certains médecins n’est pas loin. Les excès choquants ne sont pourtant pas légion dans les hôpitaux régionaux astreints à des mandats de service public déjà contraignants. De surcroît, quand quelques spécialistes tirent exagérément profit d’un système imparfait, des péréquations subtiles existent au sein de l’hôpital grâce à une flexibilité que l’Etat veut réduire. Un équilibre fragile dont profite l’hôpital est menacé.

«Quelle valeur ajoutée pour l’hôpital et pour la qualité des soins?»

Le principe d’en finir avec le statut hybride du médecin à la fois salarié et indépendant est la pierre angulaire du cadre de référence que veut imposer l’Etat. Avec son fort caractère symbolique, la mesure violente ceux qui font tourner les hôpitaux régionaux sans ménager leurs efforts. La liberté du médecin qui chérit son indépendance a le plus souvent pour corollaire un sens élevé des responsabilités et des devoirs. Dans les hôpitaux régionaux, à taille humaine, cette liberté se vit plus souvent dans le surinvestissement professionnel que dans le laxisme et l’abus.

C’est cet état d’esprit positif que Pierre-Yves Maillard prend le risque de heurter. Qu’il ne s’étonne pas si des médecins-chefs, qui soignent leur indépendance comme ils aiment le service public, reçoivent son projet de règlement comme une insulte. Ils n’y voient aucune valeur ajoutée pour l’hôpital et pour la qualité des soins. Leurs arguments méritent d’être entendus. L’objectif d’équité est légitime, mais trop de rigidité peut saboter les meilleures intentions.

Créé: 25.08.2016, 23h18

François Modoux, journaliste (Image: Odile Meylan)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.