Te voici enfin, Fête des Vignerons

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À quoi reconnaît-on une Fête des Vignerons contemporaine, la première du XXIe siècle? Au nombre des polémiques, petites, grandes, justifiées ou non, qu’elle charrie. Elle est en cela le miroir de notre société du IIIe millénaire et de ceux qui, même lorsqu’ils ne savent pas forcément grand-chose d’un événement, aiment le commenter au son du cliquetis de leurs un, deux ou dix doigts avant de balancer virtuellement un post impressionniste aux quatre coins de la planète.


Lire l'article: Une liturgie viticole et visuelle, succès musical collectif


Avant même de commencer donc, la FeVi a eu droit à toutes sortes de critiques. Trop chère, trop ambitieuse, trop capitaliste, trop gigantesque, trop moderne. Pas assez locale, pas assez traditionnelle. La générale passée, certains trouvent le spectacle trop long, le son pas assez pur, les figurants trop nombreux.

On entend aussi que les tableaux sont empreints d’une magie onirique avec leur sol animé. Et que la musique et les chants sont aussi beaux qu’entêtants. Dans son rôle de partenaire et dans celui de sa couverture anticipée de l’événement, «24 heures» a aussi déjà eu droit à son lot de reproches. Entre ceux qui l’accusaient de ne pas dire LA vérité et ceux qui lui reprochaient d’être trop critique.

Petit-fils de tâcheron, petit-neveu de couronné, j’ai toujours eu un peu de Fête des Vignerons en moi. Il y a quelque chose de profondément mystérieux, d’anachronique, dans une tradition qui ne se célèbre que si épisodiquement. Le rédacteur en chef que je suis devenu est donc fier de son équipe qui vous raconte depuis des mois cette aventure. Et qui vous offrira d’autres pages ces prochaines semaines. Avec, au-delà du suivi quotidien, une chronique de Philippe Dubath, et David Moginier qui vous relatera ce qu’est la vigne suisse d’ailleurs lors de chaque journée cantonale.

«C’est aussi un fastueux pansement sur certaines plaies veveysannes»

Le spectacle commence véritablement ce jeudi. Et au-delà de sa qualité dont on peine à croire qu’elle ne séduira pas le plus grand nombre, c’est aussi un fastueux pansement sur certaines plaies veveysannes. L’occasion pour cette ville superbe de passer outre ses récents soubresauts politiques pour, au moins le temps d’une fin d’été, devenir la capitale rassembleuse du canton, voire de la Suisse. Longue vie à la Fête des Vignerons.

Créé: 18.07.2019, 06h49

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

Une liturgie viticole et visuelle, succès musical collectif

Critique Le spectacle de la 12e Fête des Vignerons a été officiellement dévoilé mardi soir face à une arène quasi pleine. Plus...

«La Suisse» ne veut pas rater la Fête des Vignerons

Navigation Le navire a été arrêté deux jours avant l’événement pour avoir juste toussoté. Bichonné, il vogue de nouveau devant Vevey. Plus...

Vevey se prépare à la Fête des Vignerons dans l’ébullition d’une ville recomposée

Riviera-Chablais La température monte dans le chef-lieu du district. Parcours dans des rues bondées de figurants et où les bars poussent comme par magie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.