L’épidémie qui arrive à nos frontières

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On a pu imaginer, il y a quelques jours, que l’épidémie du coronavirus Covid-19, celui-là même qui paralyse la Chine depuis des semaines, était proche de son «pic», de son apogée viral.

Tout indique qu’il faudra patienter plus longtemps. L’irruption de cas en Italie ayant entraîné la mise en quarantaine de onze villes situées dans le nord du pays change nos perspectives. À l’évidence, le risque épidémique s’étend à de nouvelles régions et pays.

L’arrêt du Calcio (championnat de football italien), la suspension du Carnaval de Venise, la fermeture des écoles et la réquisition probable de l’armée montrent que l’Italie prend au sérieux une situation qui peut dégénérer très vite. Ce n’est pas tant le nombre de décès directs dus au virus que redoutent les autorités, mais la surcharge dramatique des systèmes de santé.


Lire aussi: L’épidémie force l’Italie à décréter la quarantaine


L’épidémie, si elle devait s’étendre, risquerait alors de mettre en danger la sécurité des hôpitaux des pays lesplus touchés, tout en paralysant l’activité sociale et économique des régions confinées à l’isolement.

La réaction de l’Italie peut inquiéter par la symbolique des moyens exceptionnels qu’elle met en œuvre. Mais en réalité Rome nous rassure. La péninsule applique un principe de précaution élémentaire en matière d’épidémies. Pour avoir refusé d’admettre une anomalie sanitaire à Wuhan, Pékin est confronté aujourd’hui à une forme de chaos et de doutes systématiques.

Si le président chinois, Xi Jinping, qualifie l’épidémie de plus grave crise sanitaire depuis 1949, le régime a perdu beaucoup en crédibilité et craint désormais les conséquences politiques d’une épidémie qui est loin d’être vaincue.

Avec la crise qui frappe l’Italie, le coronavirus Covid-19 n’est plus simplement une affaire sanitaire chinoise, une vague menace lointaine. Le risque est arrivé à nos frontières et pourrait exiger de nouvelles mesures urgentes.

On devra apprendre à vivre avec cette contradiction portée par les experts. Se préparer au pire même si celui-ci n’est pas le plus probable. En matière d’épidémies, l’expérience montre que l’on n’est jamais assez prudent. Les retards ou les hésitations se paient très cher.

Créé: 23.02.2020, 22h33

Pierre Veya, chef de la rubrique Économie

Articles en relation

L’épidémie force l’Italie à décréter la quarantaine

Coronavirus Passant de trois à 150 cas de contagion en trois jours, l’épidémie s’est propagée dans tout le nord de la péninsule. Onze villes sont soumises à des mesures de confinement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.