En Espagne, comme un air de Movida

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les intentions de vote à leur égard se sont certes un peu tassées ces dernières semaines, mais tous les regards se tournent vers eux: les deux jeunes partis Podemos et Ciudadanos vont bel et bien se retrouver sous les projecteurs dimanche en Espagne, lors des élections législatives. A eux deux, ils devraient obtenir les suffrages d’un tiers des Espagnols, suffisamment pour faire vaciller une institution: quarante ans de bipartisme sans partage, sinon en alternance, entre le Parti socialiste et le Parti populaire.

Cette institution au confort ronronnant a fini par s’éroder au fil de sept ans de crise économique, de politiques d’austérité saignant les moins bien lotis, tandis que les élites au pouvoir se laissaient tenter par les magouilles en tout genre. Dans le sillage du mouvement des Indignés, un nouveau style de faire de la politique est sorti de terre.

Au sein du parti de gauche Podemos («Nous le pouvons»), Pablo Iglesias, expert en maîtrise de la communication, a été le premier à défriser les campagnes électorales, draguant les jeunes et la classe moyenne. Aux municipales, en mai dernier, c’est dans cet élan qu’ont triomphé dans les villes les activistes rompus au terrain, bien loin des postures idéologiques du PSOE.

Dans les travées du pouvoir, tous ceux qui ont accueilli avec une dose de mépris supplémentaire cette révolte citoyenne ont vite déchanté. Car à droite, le mouvement Ciudadanos («Citoyens»), emmené par un Albert Rivera au look de gendre parfait, emprunte à la même dynamique, invitant les élites du PP à se regarder dans une glace. Ce mouvement né en Catalogne s’est construit patiemment sur les disputes incessantes entre Madrid et Barcelone et les affaires de corruption minant le pouvoir. Portant haut le libéralisme éthique, inféodé aux règles du jeu, cultivant les alliances politiques tantôt à droite, tantôt à gauche, il parle aux jeunes élites.

Podemos et Ciudadanos ne feront pas la révolution dimanche, comme l'a fait Syriza en Grèce. Mais cette brise de Movida pourrait faire du bien à une Espagne fatiguée par les frasques des vieux clans usés par le pouvoir.

Créé: 18.12.2015, 06h41

Cathy Macherel
Rubrique Monde

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.