Europe, le temps de la grande clarification

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Parlement européen a parlé clairement mercredi. Par deux tiers des voix, il a enclenché une procédure contre les autorités hongroises suspectées de violer les règles de l’État de droit. Les réactions n’ont pas tardé, les uns y voyant un signal salutaire envoyé par l’institution la plus représentative de l’Union européenne, les autres dénonçant une pression inacceptable sur la Hongrie et son premier ministre, Viktor Orban.


A lire: Les eurodéputés clouent la Hongrie d’Orbán au pilori


Au-delà de ces deux lectures, il est une chose dont les deux camps peuvent se réjouir. Ce vote est la première étape de la grande clarification qui s’annonce avant les élections européennes de mai 2019. On peut commencer à se compter pour évaluer ses propres forces.

Première confirmation: le clivage déterminant n’est désormais plus celui qui sépare la gauche de la droite. La véritable ligne de fracture court désormais entre les nationalistes et leurs adversaires, entre les «détricoteurs» de la construction européenne et ceux qui souhaitent la poursuivre ou, à défaut, la maintenir en l’état. Mercredi, l’extrême gauche, la social-démocratie, l’écologie politique, les forces libérales et le centre droit ont choisi de sanctionner l’un des principaux représentants du courant adverse.

Seconde confirmation: tout se jouera à droite dans les mois à venir, plus précisément au sein du Parti populaire européen (PPE). Cette formation, héritière des pères fondateurs de l’Europe, est la plus importante du Parlement. Mais elle regroupe pour l’heure des forces contradictoires allant de la CDU d’Angela Merkel au Fidesz de Viktor Orban. Mercredi, plus de la moitié du groupe a choisi la voie des sanctions contre ce dernier. La ligne de fracture passe donc en son sein et il est probable que le PPE sous sa forme actuelle ne survive pas aux répercussions de ce vote. Viktor Orban l’a déjà virtuellement quitté et pourrait rejoindre le camp souverainiste. Combien à droite le suivront? Et quel équilibre nouveau cela dessinera-t-il au Parlement européen? Le temps de la grande clarification a débuté. (24 heures)

Créé: 12.09.2018, 21h58

Marc Allgöwer, Responsable rubrique Monde

Articles en relation

Les eurodéputés clouent la Hongrie d’Orbán au pilori

Union européenne C’est grâce aux votes dispersés du Parti populaire européen (PPE) et de son chef, Manfred Weber, que ce vote historique a été possible. Plus...

Le triomphe d’Orbán augmente la pression sur l’Union européenne

Hongrie La victoire du Fidesz, le parti de l’homme fort de Budapest, met l’Europe au défi de faire respecter la démocratie par ses États membres. Plus...

Viktor Orbán s’impose en chef de file de la droite dure européenne

Hongrie Le dirigeant hongrois se présente dimanche pour un troisième mandat. Il a fait campagne sur la peur migratoire Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...