Passer au contenu principal

L’évidence Luisier, avant les incertitudes

Voilà, Christelle Luisier s’est élancée à pleine vitesse en direction du Château cantonal. Qui pour se mettre en travers de sa route? On le saura d’ici à quelques semaines. Mais à première vue il n’y a pas grand monde en mesure de lui contester ce siège au Conseil d’État, auquel elle doit penser depuis des mois, sinon des années. La candidature de la syndique de Payerne était évidente, son élection l’est à vrai dire à peine moins.

Le seul piège que doit éviter le PLR est celui d’une primaire interne sanglante, d’où les prétendants sortiraient cabossés

La succession de Jacqueline de Quattro ouvre donc une séquence positive pour le PLR vaudois. Le seul piège qu’il doit éviter est celui d’une primaire interne sanglante, d’où les prétendants sortiraient cabossés, meurtris. On sait que ce bel exercice de démocratie à l’échelle d’un parti peut vite se transformer en cauchemar. Et laisser des plaies qui tardent à cicatriser; les exemples sont légion.

----------

Lire aussi:«Il faut une femme de droite au Conseil d’État»

----------

Passé cet écueil, le PLR va ensuite filer vers un succès facile, aucun grand parti ne contestant la légitimité de son troisième siège au Conseil d’État. Au sein de la gauche gouvernementale, certains espèrent même secrètement que l’élection soit tacite dès le premier tour, pour offrir à l’adversaire une peu glorieuse victoire «par forfait», qui la priverait de la légitimité des urnes.

Au plus tard, la fin de l’euphorie libérale-radicale est programmée au 10 février, au lendemain de l’élection. Les choses vont se corser pour les instances dirigeantes du parti, tournées vers l’avenir. Les incertitudes reviendront au galop. Comment reprendre la majorité au Conseil d’État deux ans plus tard, lors des prochaines élections cantonales? Avec quels candidats? La relève est bien là, et elle piaffe d’impatience depuis des années. D’ailleurs faudra-t-il pousser dehors des ministres qui veulent s’accrocher? Mais, au fond, sera-t-il opportun de présenter un ticket où Christelle Luisier, avec ses vingt-quatre mois d’expérience au poste, serait la seule sortante PLR pour tirer la liste? Et quelle alliance à droite pour enfin triompher? Des questions délicates, revêtant des dimensions humaines qui compliquent passablement l’équation.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.