L’exemple Harvey Weinstein

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il s’est longtemps cru intouchable, même au cours d’un procès rythmé par les pleurs et les histoires concordantes de ses victimes. À l’issue des audiences journalières, l’ancien producteur hollywoodien se permettait souvent un petit mot ou un sourire en direction des photographes qui l’attendaient. Il pensait avoir l’arme imparable en la personne de son élégante avocate, Donna Rotunno, qui n’a cessé d’asséner envers et contre tous les témoignages la vérité de l’imprésario, selon laquelle les relations sexuelles, même brutales ou humiliantes, étaient consenties.


À lire: Harvey Weinstein écope de 23 ans de prison


Le bouclier de Harvey Weinstein s’est profondément fissuré le mois dernier lorsqu’il a été reconnu coupable de viol. Il a volé en éclats mercredi lorsque le juge, James Burke, a condamné à 23 ans de prison l’ancien producteur de 67 ans qui comparaissait dans une chaise roulante. Cette peine est un signal fort envoyé en direction des agresseurs sexuels rattrapés par la justice dans le contexte du mouvement #MeToo.

«Cette peine est un signal fort envoyé en direction des agresseurs sexuels rattrapés par la justice»

Harvey Weinstein a d’ailleurs tenté de se présenter comme une victime mardi. Il a affirmé «sentir des remords pour tous les hommes qui se battent» pour avoir, selon lui, droit à un procès équitable à l’ère de #MeToo. «Je ne comprends vraiment pas», a-t-il ajouté, en assurant qu’il pensait être ami avec les deux principales victimes du procès, Miriam Haley et Jessica Mann.

Dans l’ombre des stars hollywoodiennes qui portent le mouvement #MeToo, c’est surtout le courage de ces deux jeunes femmes qui a permis à la justice américaine de mettre fin à l’impunité dont jouissait Harvey Weinstein. Le 27 janvier dernier, Mimi Haley avait raconté à la Cour sa honte d’être retournée voir le producteur quelques jours après son premier viol et de s’être fait violer une seconde fois. «Je me suis juste dit, je suis une idiote», avait-elle raconté en décrivant son état d’esprit pendant que Harvey Weinstein l’agressait. «Il m’a dit quelque chose du genre: «Tu es une pute et une salope. […] J’étais allongée sans bouger et je me disais: «Je ne suis pas une pute, je ne suis pas une salope.» En condamnant Harvey Weinstein à 23 ans de prison mardi, le juge Burke a rappelé à Miriam Haley une chose importante: elle est bien une victime de viol.

Créé: 11.03.2020, 22h55

Articles en relation

Jessica Mann raconte son « cauchemar » avec Harvey Weinstein

Procès Weinstein L’ancienne actrice a longuement témoigné vendredi de l’agression sexuelle dont elle affirme avoir été la victime par l’ancien producteur hollywoodien. Un récit brutal dans lequel les relations sexuelles consentantes côtoient des agressions. Plus...

La seconde victime présumée d'Harvey Weinstein face à la procureure

New-York Miriam Haley s'est exprimé lundi devant la justice contre l’ancien producteur hollywoodien. Elle a décrit deux agressions sexuelles en 2006. Plus...

Jean-Cosme Delaloye, correspondant aux Etats-Unis

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.