Contre la fatalité de l’aide sociale

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un jeune adulte qui bascule à l’aide sociale et n’en sort pas, faute d’avoir pu se former, est un échec personnel mais aussi un fiasco de la société. Car le préjugé tenace qui colle à ces personnes en rupture – tous des paresseux irresponsables – ne résiste pas à une analyse objective des trajectoires de vie. Si des jeunes grandissent une cuillère dorée dans la bouche, d’autres ne choisissent pas les coups du sort qui les mettent à terre quand ils devraient prendre leur envol.

Sous l’impulsion du conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard, Vaud a développé une réponse inédite à la marginalisation des jeunes sans formation. Ce n’était pas gagné d’avance. Le scepticisme des débuts a fondu. Dans la discrétion, un consensus solide s’est forgé pour admettre que la société a une responsabilité d’aider ces jeunes. Le dispositif développé pour leur donner le coup de pouce qui les aidera à rebondir est généreux mais exigeant. Il a fait ses preuves, les résultats l’attestent. Et cette politique sociale est rentable.

«Un consensus s’est forgé pour admettre que la société a une responsabilité face aux jeunes en rupture»

Des villes alémaniques ont aussi mis sur pied des programmes d’insertion ambitieux; des cantons romands proposent des mesures ponctuelles. Mais le plus souvent il subsiste de grandes disparités régionales et un émiettement contre-productif de l’action sociale. Le dispositif vaudois est inédit en Suisse par sa cohérence et sa mise en œuvre systématique dans tout le canton. Cette dimension exemplaire a été saluée à maintes reprises hors des frontières vaudoises.

La réussite de cette politique sociale baptisée Forjad vaut bien un coup de chapeau à l’heure de ses dix ans. Elle symbolise le génie d’un canton à la santé financière retrouvée, qui apporte des solutions pragmatiques, audacieuses et durables à de vrais problèmes. La preuve par l’acte! On est loin des élites justement vilipendées parce qu’elles s’abîment dans des querelles idéologiques vaines qui ne font que gonfler le populisme rampant.

Créé: 16.11.2016, 21h54

Articles en relation

Ces jeunes au parcours cabossé qui rebondissent

Politique sociale L’aiguillage des jeunes en décrochage vers une formation professionnelle fête ses 10 ans. Un succès et un défi permanent. Plus...

François Modoux, rubrique Vaud et Régions

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.