Passer au contenu principal

La fin de la «drôle de guerre» du PLR

Ignazio Cassis, Isabelle Moret, Pierre Maudet sont dans un bateau: qui tombera à l’eau demain soir? Et se verra signifier la fin de l’aventure pour le Conseil fédéral, dans un tonnerre d’applaudissements compatissants? Malgré une campagne d’une longueur et d’une intensité remarquables, le mystère reste entier.

----------

A lire:L’heure de vérité pour Isabelle Moret et Pierre Maudet

----------

Alors que le duo Cassis-Moret, axé sur les deux minorités tessinoise et féminine, était donné gagnant il y a quelques semaines encore, la chose apparaît bien moins certaine aujourd’hui. Trois candidats, quatre scénarios et autant d’inconnues, c’est le moindre des paradoxes de cette drôle de guerre qui a agité le PLR suisse depuis le début de l’été.

Une drôle de guerre qui aura fait bien des dégâts et rappelé la brutalité intrinsèque d’une élection au Conseil fédéral. Lancé au grand galop à peine annoncée la démission de Didier Burkhalter, Ignazio Cassis a eu tout le temps d’être ausculté par la presse et par ses adversaires politiques. Le fil à la patte qu’était son mandat pour le lobby des assureurs s’est transformé en véritable corde pour se faire pendre. Et le beau discours sur l’italianità a fait de celui qui aurait pu être le candidat d’une droite assumée celui d’une minorité mal-aimée. Un Tessinois alibi.

En soulignant systématiquement qu’il n’y a jamais eu ni de jeune mère ni de femme PLR romande au Conseil fédéral, Isabelle Moret, elle non plus, n’a pas su éviter l’obstacle de la femme alibi. Très longtemps sur la retenue, la Vaudoise n’a jamais trouvé ni le bon rythme ni le bon discours. Et le sens profond de sa candidature reste très ambigu.

Face aux deux minoritaires piégés dans la question des quotas, Pierre Maudet a incontestablement marqué des points au fil de la campagne. Pas sûr pourtant qu’il se soit débarrassé de son image de challenger arrogant en quête de notoriété à défaut d’élection.

Le PLR osera-t-il clarifier le jeu demain? La vraie compétition, elle, n’a pas encore commencé. Car c’est bien dans les coulisses du parlement que l’élection va se jouer.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.