A gauche, un bon débat sur la burqa

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bien sûr, tous le répètent, ce n’est pas le problème le plus pressant de la société suisse. Mais le voile intégral s’est immiscé dans le débat politique, et c’est à gauche qu’il divise le plus. Aux propos du conseiller d’Etat zurichois Mario Fehr, favorable comme l’UDC à une interdiction du tissu qui cache le visage des femmes, ont fait écho dimanche ceux, calmes et déterminés, de Pierre-Yves Maillard, qui tient peu ou prou le même discours. Au nom des valeurs défendues par la gauche, qui ont vu la femme sortir peu à peu du carcan masculin. Des principes universels, que la montée des ultraconservatismes menace, rendant nécessaire le marquage d’une ligne rouge. Et les cohortes de touristes emballées de noir qui nous rendent visite chaque été? Le président du gouvernement vaudois n’aborde pas la question, sans doute secondaire à ses yeux.

Les camarades se déchirent donc. Un débat ausi passionné qu’intelligent. Ainsi, la conseillère nationale Ada Marra renverse l’argumentaire: interdire la burqa en Suisse, c’est importer un problème là où il n’existe pas. Le vrai féminisme, dit-elle, consiste à exporter nos valeurs dans les contrées où elles sont niées, et refuser d’y porter le voile.

Ada Marra met en garde: chaque fois que la gauche a repris «de manière simpliste» les arguments de ses adversaires, elle leur a cédé du terrain.

Mais la gauche doit-elle se cantonner à une tolérance qui flirte souvent avec le dogme ou l’intellectualisme? Pierre-Yves Maillard a été l’un des premiers leaders socialistes à intégrer la fermeté du respect des lois et des usages sociaux dans son discours – avec le succès que l’on sait sur son territoire. Son pragmatisme ne l’empêche pas de croire à la force des symboles. Plutôt que d’espérer d’hypothétiques changements dans des ailleurs lointains, il préfère agir là où il le peut. Et préparer une réponse de gauche à une réaction populaire prévisible.

Créé: 14.08.2016, 22h36

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage