Géraldine Savary, la faute et le courage

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est un tremblement de terre. Géraldine Savary ne briguera pas de nouveau mandat au Conseil des États. Elle annonce ainsi qu’elle quitte la politique. La locomotive électorale du Parti socialiste vaudois (PSV) tire les conséquences – bien aidée par quelques camarades – du «Paulsengate».

Les voyages russes et les financements de campagne en liens avec le philanthrope bénéficiant d’un forfait fiscal, propriétaire de Ferring à Saint-Prex, auront eu raison, en un laps de temps record, d’une carrière en constante ascension. Et dont on ne pensait pas le sommet déjà atteint.


A lire: Epuisée et «désolée», Géraldine Savary s'en va


Il y a beaucoup de choses à saluer dans ce départ plein de larmes et de fureur. D’abord, un certain courage. Celui de faire passer l’aspect moral avant l’aspect légal. Rappelons-le, pour l’instant et en l’état de nos connaissances, Géraldine Savary n’a pas enfreint la loi. Mais elle tire les conséquences du sérieux dégât d’image de cette affaire.

Vu d’ailleurs, où certains restent en fonction alors que les faits reprochés sont beaucoup plus graves, cette décision doit en faire réfléchir plus d’un. Il faudra aussi garder de la sénatrice aguerrie, populaire et charismatique le souvenir d’un bilan politique pour le moins honorable.

Faut-il également féliciter le Parti socialiste suisse et vaudois d’avoir, au moins indirectement, mis la pression sur une de ses figures de proue? Oui et non. Oui, parce que lorsqu’on lance une initiative sur la transparence des partis, on doit exiger que ces valeurs soient portées haut et fort par les siens. Non, parce qu’on ne peut s’empêcher d’y voir également son lot de pure stratégie politicienne.

«Il y a beaucoup de choses à saluer dans ce départ plein de larmes et de fureur.»

Le moment est en effet idéal pour placer Pierre-Yves Maillard, futur grand manitou de l’Union syndicale suisse, aux États. Juste retour d’ascenseur pour celui que le PSS et leur président avaient si mal traité lorsqu’il était candidat au Conseil fédéral. Mais aussi l’occasion d’en faire le parfait successeur de Paul Rechsteiner, qui siège lui aussi à la Chambre haute.

Il restera un goût amer à la fin de carrière politique abrupte d’une femme dont le sens du bien public a rarement été pris en défaut. Mais lorsqu’on fait campagne sous le slogan «Pour tous, sans privilèges», être irréprochable est une condition sine qua non. (24 heures)

Créé: 06.11.2018, 22h21

Articles en relation

Paulsen a financé deux fois les campagnes de Géraldine Savary

Financement Le milliardaire établi dans le canton de Vaud a financé à deux reprises les campagnes de Géraldine Savary et de Luc Recordon en 2011 et en 2015, révèle le PS vaudois. Plus...

Géraldine Savary s’est fait offrir son voyage à Grenade

Cadeau Le patron Frederik Paulsen a offert un séjour à l’élue fédérale. La justice vaudoise ne voit pas de problème. Plus...

Les voyages russes n’avaient rien d’illégal

Voyages Pascal Broulis et Géraldine Savary ont fait des séjours privés. Le Ministère public vaudois renonce à une instruction pénale. Plus...

Côté russe, il s’agissait d’une «délégation suisse»

Voyages controversés En 2013 et 2015, Savary et Broulis sont présentés comme des «politiciens» ou des «délégués» sur des sites Web locaux. Plus...

Claude Ansemoz, rédacteur en chef

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...