Le hockey était devenu totalement insignifiant

Cyrill Pasche, rubrique Sports

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au plus tard depuis l’annonce des mesures de nécessité au Tessin, mercredi soir, les fans de hockey sur glace ont pu commencer à faire le deuil d’une saison maudite vouée à ne jamais aller à son terme. Et même ces play-off à huis clos qui auraient dû commencer mardi – seule alternative pour organiser des matches en dépit de la crise du coronavirus – ne faisaient rêver personne. Pas même les joueurs et dirigeants des clubs, malgré leurs discours positifs de façade dictés par leurs engagements contractuels envers les sponsors et surtout UPC, détenteur des droits de retransmission TV pour 35 millions de francs par saison.


Lire aussi: Sans alternative face au virus, le hockey a capitulé


Cela faisait quatorze jours que le hockey suisse, pourtant pris en étau entre l’Italie, la France et l’Allemagne, s’imaginait éventuellement passer entre les gouttes et être épargné par les incidences liées au coronavirus, juste le temps de boucler la saison en limitant les dégâts.

«La décision prise par les clubs jeudi était la seule issue possible»

La décision prise par les clubs jeudi matin était la seule issue possible étant donné les récentes évolutions de la situation sanitaire. Tant mieux, après tout, que cette saison s’arrête là, tout de suite. Le sport, qui reste avant tout une industrie de divertissement, a souvent servi d’antidote, même dans les périodes les plus sombres. L’arrivée du coronavirus, longtemps sous-estimé avant d’être enfin pris très au sérieux, nous a cette fois-ci démontré le contraire. Le hockey, au fil des derniers jours, était devenu fade et de plus en plus insignifiant. Il aurait encore été plus triste et funeste de continuer à jouer alors que les priorités sont ailleurs.

D’un point de vue sportif par contre, cette situation inédite tombe mal pour le Lausanne HC. Personne ne saura jamais jusqu’où les Lions, qui ont laissé leurs supporters sur leur faim durant la saison régulière, auraient pu se hisser en play-off avec un nouvel entraîneur, le Canadien Craig MacTavish, et une dynamique de groupe différente. Cette première saison passée dans la magnifique Vaudoise aréna, une enceinte qui a par ailleurs généré tant d’attentes sur le plan sportif, aura décidément été «unique» à tous les points de vue. Seule certitude: pour le LHC et sa nouvelle patinoire, le meilleur est à venir.

Créé: 12.03.2020, 21h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.