Jérusalem en otage

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président Donald Trump l’a fait le 6 décembre. Son homologue Jimmy Morales, au Guatemala, vient de l’imiter ce week-end. Et on apprend que dix autres pays songeraient à leur emboîter le pas. Reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État hébreu semble être devenu un must pour quiconque tient à afficher son alignement sur les États-Unis et à s’assurer d’être catalogué «pro-israélien». À l’inverse, quand 128 des 193 États membres de l’Assemblée générale de l’ONU votent contre cette reconnaissance, ils passent pour «propalestiniens». Et «irrespectueux» envers Washington, selon l’ambassadrice Nikki Haley.

Cette guéguerre des mots serait risible si elle n’était pas tragique. Aux États-Unis, le chef de la diplomatie, Rex Tillerson, a averti que l’ambassade ne pourrait pas être transférée de Tel-Aviv à Jérusalem avant au moins trois ans pour des raisons «logistiques». Donc bien après une éventuelle réélection de Donald Trump. Voilà qui ne l’engage pas à grand-chose. Mais, dans le même temps, en enterrant le rêve palestinien d’un État indépendant avec une capitale à Jérusalem-Est, le président des États-Unis tue l’espoir et donne raison à ceux qui méprisent la voie du dialogue.

Si Israéliens et Palestiniens devaient connaître un nouveau cycle de violence, ce seraient les familles qui trinqueraient de part et d’autre. Encore et toujours. (24 heures)

Créé: 26.12.2017, 23h30

*Rubrique Monde

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.