Locarno va désormais s’accorder au féminin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pendant près de quinze ans, Locarno s’est accordé au masculin. Trois directeurs se succédèrent aux commandes de l’événement tessinois: Frédéric Maire, devenu directeur de la Cinémathèque suisse à Lausanne, Olivier Père, nommé à un poste important chez Arte France, et Carlo Chatrian, parti diriger le vaisseau de la Berlinale. Avec la nomination de la Française Lili Hinstin, cette direction change de sexe. Et peut-être d’orientation, nous pourrons en juger dans quelques jours.

«Plus qu’une question égalitaire, confier Locarno à une femme en 2019 s’apparente à un geste politique»

Avant elle, le festival n’avait été qu’une seule fois entre les mains d’une femme, de 2001 à 2005, années du règne de l’Italienne Irene Bignardi, qui fut une directrice très critiquée. Mais c’était une autre époque. On ne parlait pas encore de parité, ni de mouvement #metoo, et l’égalité homme-femme ne se trouvait pas au cœur des débats sociétaux, alors clivés par d’autres thèmes. Plus qu’une question égalitaire, confier Locarno à une femme en 2019 s’apparente à un geste politique. Elle n’est pourtant pas la seule femme, en Suisse, à diriger un festival. Les Journées du cinéma suisse de Soleure, le NIFF de Neuchâtel, dédié au cinéma fantastique, ou le FIFDH (festival des droits humains) de Genève sont tous gouvernés par des femmes, et la liste est loin d’être exhaustive.


Lire aussi: Locarno saisit à bras-le-corps ses nouveaux défis


Par-delà l’engagement artistique et la confiance qu’on est en droit de placer en Lili Hinstin, son arrivée à Locarno signifie aussi une mutation des mentalités qui président au festival. La tâche ne sera pas forcément facile, il y aura des efforts d’adaptation à fournir, de la part des Tessinois, qu’on sait parfois rétifs aux changements, comme de celle de la nouvelle directrice, qui va devoir gouverner un paquebot dans des mers parfois houleuses et sous des conditions climatiques terribles (et là, je ne parle pas seulement de météo).

L’aventure commence ce soir, on espère que le festival restera toujours cette lucarne ouverte sur le monde qu’il a toujours été. D’ailleurs, le mot Locarno, dans son étymologie, signifie «lucarne». La chasse au léopard est donc lancée, on la souhaite surprenante, dans tous les sens du terme.

Créé: 07.08.2019, 07h49

Pascal Gavillet, Rubrique Culture

Articles en relation

Locarno saisit à bras-le-corps ses nouveaux défis

Festival de cinéma Portée pour la première fois par une directrice, la 72e édition de la manifestation doit se maintenir et se renouveler. Tour d’horizon au jour J de l’inauguration. Plus...

«Locarno doit amener les gens hors de leur quotidien»

Cinéma La Française Lili Hinstin décapsule mercredi «son» premier festival comme directrice artistique. Interview. Plus...

Locarno, cap sur le futur

Cinéma Lili Hinstin a dévoilé hier l’affiche de la 72e édition, sa première comme directrice. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...