Passer au contenu principal

Le loup est un loup pour le loup

On doute beaucoup de trouver un jour un loup empaillé trônant sur le bureau d’une conseillère d’État vaudoise. Et on doute également que la ministre en charge de la chasse autorise l’abattage dudit prédateur si le Tribunal cantonal lui en avait signifié au préalable l’interdiction. Bref, les mœurs politiques d’ici ne sont pas forcément les mêmes qu’en Valais il y a dix ans et Jacqueline de Quattro n’est pas Jean-René Fournier.

----------

A lire: Un couple de loups fait sa vie dans le Jura

----------

Pourtant, on aurait tort de sous-estimer ce qui se passe aujourd’hui dans le Jura vaudois. Il s’y promène désormais un couple de loups visiblement susceptible, à terme, d’engendrer une meute. Leur bilan de chasse? Quatre à six cerfs, un sanglier et un chevreuil. «Pour le bien de la régulation de ces populations», assure le chef du Service de la faune, Frédéric Hofmann. L’éleveur Christian Porchet, lui, ajoute au décompte trente moutons. Les siens qui, selon lui, auraient disparu sous les crocs. Malgré les deux chiens de protection qui gardent constamment son troupeau de 440 têtes.

En la matière, il n’est pas sûr qu’il suffira de laisser faire la nature et d’agir a posteriori. Et d’attendre de voir si le duo ne s’en irait pas croquer quelques chevaux de race sacrée chez nos voisins des Franches-Montagnes. Ou encore de laisser planer le doute chez les promeneurs qui pourraient subir le même sort, Petit Chaperon rouge ou pas. Les amis du loup pensent qu’il suffit d’un collier répulsif pour protéger les élevages. Pas sûr que la population et l’opinion publique s’en contentent.

Vers la fin du XIXe siècle, le loup a été exterminé en Suisse parce qu’il commençait à s’attaquer aux animaux de rente. Si l’histoire se répète, l’homme du IIIe millénaire n’a aucune raison d’être plus tolérant à son égard. Il deviendra même son pire ennemi. La recolonisation naturelle du loup doit être cantonnée à des espaces où il peut évoluer en ne croisant et en ne mangeant que des espèces aussi sauvages que lui. Même si ces étendues, évidemment, sont rares dans un territoire aussi exigu et peuplé que la Suisse. Et cet espace, ce n’est probablement pas le Jura vaudois.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.