Marine Le Pen, l’alternative par défaut

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En France, les élections européennes du 26 mai prochain prennent des allures de match retour de la présidentielle de 2017. Comme toujours, la course à l’Élysée structure la vie politique tricolore. En ce printemps 2019, le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est dans les sondages au coude-à-coude avec La République en marche (LRem) d’Emmanuel Macron.

Pour la présidente de l’ex-FN, l’objectif est simple: démontrer qu’elle peut terminer un scrutin en tête et battre la machine à gagner Macron. L’horizon 2022 est déjà en vue… Gagner oui, mais surtout en solitaire. Marine Le Pen doit encore faire la preuve qu’elle peut accéder à l’Élysée sans alliance. Pour cela, elle a besoin d’engranger des victoires d’étape qui rebâtiront la confiance en sa personne et son parti. Tous deux mis à mal après le désastreux 2e tour de la présidentielle 2017. C’est d’autant plus important que l’opposition de droite traditionnelle, les Républicains de Laurent Wauquiez, est inexplicablement en déshérence.

Qu’on ne s’y trompe pas, Marine Le Pen a des raisons d’y croire. Contre toute attente, le RN se maintient plutôt bien dans les intentions de vote des Français malgré le fait que le parti ne propose rien de substantiel ni de nouveau tant sur le plan intérieur que sur le plan international.

Si la crise des «gilets jaunes» favorise à peine le RN, le parti d’Emmanuel Macron est, lui, grandement affaibli. L’amélioration de l’économie française ne lui est même pas créditée. Pour le RN, la critique récurrente de l’Europe centralisatrice qui s’est construite contre les peuples n’est pas davantage un thème nouveau. Marine Le Pen peine ainsi à convaincre que le souverainisme partagé de l’Union européenne devrait céder sa place à un souverainisme national. Comment les Français pourraient-ils croire que la France arrivera mieux à défendre ses intérêts en solo qu’intégrée dans le grand ensemble européen?

Pourtant, il suffit à Marine Le Pen de se poser en option du changement, sans expliquer comment, pour qu’elle engrange des points. En France, le RN reste le réceptacle des colères et l’expression des protestations. Marine Le Pen reste solidement positionnée comme une alternative par défaut. (24 heures)

Créé: 20.04.2019, 08h09

Articles en relation

Xavier Alonso, Rédacteur en chef adjoint rédaction Tamedia

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.