«MBS», le prince est désormais nu

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les dirigeants désignés par leurs seules initiales sont rares. «JFK» évoque chez chacun le souvenir d’un président américain dans la fleur de l’âge. L’irruption sur la scène internationale de Mohammed ben Salmane, jeune prince héritier d’une monarchie grabataire, s’inspirait de cette logique. «MBS» amenait avec lui un vent nouveau qui devait balayer l’Arabie saoudite.

Sa campagne promotionnelle l’a envoyé en Europe et aux États-Unis. Jusqu’à Hollywood, la Sodome et Gomorrhe de l’Occident, où il s’est affiché aux côtés de vedettes de cinéma et de capitaines d’industrie. À l’interne, l’enfermement de nombreux dignitaires dans un hôtel de luxe de Riyad devait envoyer un puissant signal contre la corruption de l’élite saoudienne, et les femmes du royaume, libérées de la tutelle masculine, allaient enfin voir du paysau volant de leur voiture.

Sur le papier, l’histoire de ce modernisateur était trop belle pour être vraie, et le meurtre présumé du journaliste Jamal Khashoggi, le 2 octobre au consulat saoudien d’Istanbul, pourrait compromettre irrémédiablement l’image de MBS. Le «Washington Post», quotidien pour lequel écrivait l’opposant, résume l’enjeu en citant un ancien agentde la CIA: lorsque quinze membres des services de sécurité saoudiens – dont certains assurent la sécurité rapprochée du prince héritier – se rendent à l’étranger au moyen d’un avion privé pour mener une opération dans un consulat, MBS ne peut pas ne pas en être informé.

Plus que l’impitoyable guerre qu’il mène au Yémen au prix d’innombrables vies civiles, plus que l’hypocrisie consistant à laisser les femmes conduire tout en enfermant les féministes jugées trop remuantes, la mort de Jamal Khashoggi a révélé la face obscure du trentenaire. Si MBS pensait envoyer un signal à ceux qui, ayant choisi l’exil, contestent son pouvoir, c’est l’inverse qui se produit: les critiques se renforcent et le plan com planétaire tourne court. Le prince est nu.

Créé: 18.10.2018, 22h24

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Marc Allgöwer, chef de la rubrique monde.

Articles en relation

«Affaire Khashoggi ou pas, la guerre au Yémen est ignorée»

Guerre Pris entre la coalition et les rebelles houthis, les civils meurent dans l’indifférence générale. MSF témoigne. Plus...

Au Yémen, les victimes ne peuvent plus attendre!

L’invitée Petra Schroeter réclame la fin des massacres et des passages sûrs pour l'aide humanitaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...