L’autre moitié de la France à reconquérir

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comment être de droite et de gauche? Emmanuel Macron s’est fait élire sur ce projet du dépassement du bipartisme sclérosant la vie politique française. L’idée forte «ni de gauche ni de droite» induisant que le pragmatisme l’emportait sur les considérations partisanes au nom des résultats, avait suscité de nombreux espoirs. À peine un an plus tard, l’exercice du pouvoir dessine un Macron surtout «ni de gauche».


A lire : A Versailles, Macron risque d'asseoir encore son image de roi


Il est encore trop tôt pour tirer un bilan complet des réformes entreprises, mais le timing joue en défaveur des aspirations socialistes. En clair, les mesures phares de droite comme les baisses de l’ISF, de la taxation des revenus du patrimoine et de l’impôt sur les sociétés ont immédiatement bénéficié aux «riches». Dont il apparaît désormais comme le président bien intentionné.

«Les enquêtes soulignent que le socle de droite du président résiste tandis que l’autre partie s’érode»

La réforme de la formation, le dédoublement des classes de CP sont, elles, des mesures de gauche mais surtout des décisions qui tarderont à porter leurs fruits. De plus, ses atermoiements sur la migration et l’ajournement de son plan pauvreté renforcent l’image d’un président ayant tourné le dos à cet électorat de gauche.

Et ce dernier existe. Lors de la présidentielle de 2017, François Hollande laissait planer peu de doutes sur son vote en faveur d’Emmanuel Macron. Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon se fracassait, lui, avec 6,35% des voix. Les analyses postélection disaient toutes, avec des variations de nuances, que les électeurs «hollandais» de 2012 avaient massivement reporté leur suffrage sur Emmanuel Macron.

Désormais, les enquêtes soulignent ainsi que le socle de droite du président résiste tandis que l’autre partie s’érode. Et sans entrer dans la bataille des idées (de gauche), il y a d’abord une demande de retour du pouvoir d’achat. Les pauvres, les précaires, les classes moyennes inférieures l’attendent. Le Congrès de lundi, à Versailles, doit être l’occasion d’un rééquilibrage pour que la promesse d’Emmanuel Macron pour la France se réalise. En Suisse, on l’appellerait cela le consensus. Lui l’a synthétisé par ce «en même temps» qui réconcilierait toutes les parties de la société française. Il lui reste une moitié à satisfaire. (24 heures)

Créé: 09.07.2018, 07h51

Xavier Alonso,
Rédacteur en chef adjoint Tamedia

Articles en relation

A Versailles, Macron risque d'asseoir encore son image de roi

France Le président français s’adresse aux parlementaires à Versailles. Une convocation perçue à gauche comme celle du monarque. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...