À Noël, balance ta crèche mais pas le sapin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chez nos voisins français, la place des crèches de Noël dans l’espace public fait désormais l’objet d’une loi. Pour résorber les polémiques, l’État a dû interdire la pratique en la matière. Sauf «circonstances particulières permettant de lui reconnaître un caractère culturel, artistique ou festif». Sur la laïcité et Noël dans ses écoles, Vaud a trouvé un de ces célèbres «compromis dynamiques». Pas question de se passer des traditions chrétiennes et païennes qui font notre histoire. Oui au sapin, oui aux chants, oui au calendrier de l’Avent. Non à «l’hygiénisme bien-pensant». Mais non, aussi, à la crèche dans les classes, «objet symbolique religieux ostentatoire».

«La limite est fragile entre le respect des uns et des autres.»

Lorsque la Ville de Neuchâtel, en 2014, avait déplacé sa crèche de l’Hôtel de Ville vers un temple, l’éthicien Denis Müller, dans Le Temps, avait eu ce constat: «Ce n’est pas parce que le dimanche est jour férié par suite de tradition chrétienne que tout le monde doit aller au culte. Dans le même ordre d’idées, ce n’est pas parce qu’on place une crèche dans l’espace public qu’on oblige les gens à croire et à se convertir au christianisme.» La limite est fragile. Entre le respect des uns et des autres. Entre nos racines, notre nostalgie et l’évolution indéniable du rapport qu’ont les habitants dans ce canton avec les religions. Dans certaines classes, les enfants chrétiens sont moins nombreux et moins pratiquants que ceux qui sont musulmans. Accepter de découvrir et de comprendre comment vit l’autre, qu’il soit majoritaire ou minoritaire, c’est la clé de ce mieux vivre-ensemble si cher aux laïcs. (24 heures)

Créé: 17.12.2017, 21h14

Articles en relation

Le Noël religieusement correct de l’école

Avent Les festivités de l’Avent restent un moment privilégié de l’année scolaire vaudoise. Mais laïcité et métissage imposent de trouver le juste ton. Plus...

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.