Obligation de servir: où est la modernité?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faut-il affaiblir le service civil pour protéger l’armée? À cette question, le Conseil des États a répondu par la positive hier à Berne. Il a pris sept mesures pour faire de la passerelle qui existe aujourd’hui entre l’armée et le service civil un vrai parcours du combattant. Le but est affiché: empêcher au maximum celui qui a revêtu l’uniforme gris-vert une fois dans sa vie de changer de voie.


A lire: Un référendum se précise contre le durcissement du service civil


Les raisons de cette réforme sont connues. Pour garder un effectif jugé suffisant pour mener à bien ses tâches, l’armée doit instruire 18 000 personnes chaque année. Or ce nombre a été difficilement atteint lors des derniers exercices.

Mais la manière empruntée par le Conseil fédéral, approuvée par le Conseil des États hier, dérange. Le nombre d’admissions au service civil est en hausse depuis 2011? Certes, mais en parallèle, l’aptitude au service militaire a aussi diminué d’un tiers ces trente dernières années. L’armée est contrainte de s’adapter à cette réalité en priorité. Un groupe de réflexion y travaille et le chef de l’armée, Philippe Rebord, bien conscient du défi, y a investi beaucoup d’énergie. Mais on semble encore loin du compte. En outre, les difficultés des centres de recrutement à admettre toutes les minorités de la société – transgenres et véganes par exemple – accroissent encore les problèmes d’effectifs de la troupe.

«Ce débat sur le durcissement de l’accès au service civil semble d’arrière-garde»

Et sur le fond, ce débat sur le durcissement de l’accès au service civil semble d’arrière-garde. Pour la droite, il est clair que le jeune citoyen n’a pas le choix entre l’armée et le service civil. C’est la sécurité qui prime. Pour la gauche et une partie du centre, il ne doit pas y avoir de hiérarchie face à l’obligation de servir, quitte à faire preuve d’un peu de mauvaise foi en plaidant la liberté d’invoquer des problèmes de conscience tout au long de sa vie. Honnêtement, le sous-officier qui bifurque vers la voie civile a sans doute autre chose en tête. Mais on évite toujours la question clé: comment définit-on l’obligation de servir aujourd’hui? Et servir à quoi? Aucun conseiller fédéral n’a osé jusqu’ici décloisonner le débat et mener une réflexion d’ensemble. C’est peut-être la seule manière de faire entrer le service obligatoire dans la modernité.

Créé: 11.09.2019, 18h20

Lise Bailat, correspondante parlementaire

Articles en relation

Un référendum se précise contre le durcissement du service civil

Sécurité Le Conseil des Etats a pris sept mesures pour éviter que les militaires bifurquent vers le service civil. L’association CIVIVA est sur le pied de guerre. Plus...

Viola Amherd fait un pari osé avec son nouveau chef de l’armée

Nomination En choisissant un civil qui ne maîtrise pas bien le français, la ministre prend le risque de heurter les Romands et les officiers de carrière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...