L’Ouest grandit et il y a un prix à payer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Je déclare mes intérêts. J’habite l’Ouest métropolitain. Et si j’avais voté à Prilly, il y a deux ans, je ne sais pas si j’aurais dit oui aux tours qui vont probablement se construire du côté de Malley. Du moins sans connaître le geste architectural qui allait avec ni pouvoir juger au préalable s’il valait la peine d’avoir une partie de sa vue sur le Jura entravée. On ne le sait d’ailleurs toujours pas vraiment.


A lire l'article: Des travaux à 1,2 milliard passent l’épreuve du feu


Dans la grande mutation que subit le chef-lieu occidental en quête d’une nouvelle identité, chaque habitant a évidemment quelque chose à perdre. Et à gagner. Lorsque le débat s’est enflammé autour des futures constructions sur ces friches industrielles, il y a bien sûr eu une controverse autour de la mobilité. L’axe Montoie-Cery-Blécherette étant déjà surchargé, on se demandait comment on allait gérer les flux avec des milliers d’habitants et de travailleurs en sus.

Dans le processus qui a conduit les citoyens de Prilly à dire oui à la densification, comme solutions potentielles, il y avait déjà les ébauches des projections routières et autoroutières que nous vous présentons aujourd’hui. Maintenant qu’elles prennent un tour plus réel avec la volonté de résorber le goulet d’étranglement de Crissier, c’est encore plus à l’Ouest que la polémique enfle.

«Dans cette grande mutation, chaque habitant a quelque chose à perdre. Et à gagner»

Dans ce plan dépassant le milliard pour décharger le trafic d’agglomération, des jonctions autoroutières vont être créées de toutes pièces. Tout comme des bretelles d’entrée dont une demandera la construction d’un pont de 470 mètres de long. Rien que cela! Face à la lourdeur des travaux et des impacts probables sur le quotidien, les Communes, citoyens, associations s’inquiètent. Et c’est humain.

Pourtant, si on veut qu’un jour cet Ouest lausannois dépasse le Prix Wakker – qui célébrait les idées entourant son potentiel de développement –, et qu’il finisse par devenir une sorte de pendant «grand-lausannois» de ce que le Kreis 5 est à Zurich, il faudra bien dépasser ce syndrome du «not in my backyard». La vue d’ensemble sous vigilance pragmatique ou l’intérêt partisan à tout prix, à chacun de choisir.

(24 heures)

Créé: 09.11.2018, 06h56

Articles en relation

La jonction de la Blécherette voit double

Infrastructures La jonction actuelle, sur l'autoroute A9 au nord de Lausanne, doit être complétée par un nouvel accès depuis la route de Romanel. Le projet est à l’enquête dès jeudi. Plus...

600 signatures contre la jonction de Chavannes

Ouest lausannois Un collectif lance une fronde contre un important projet d’infrastructure qui doit être mis à l’enquête prochainement. Plus...

Claude Ansemoz, rédacteur en chef

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.