Oui, cher M. le Syndic, «24 heures» est populaire

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si vous êtes Lausannois et que vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes riches. De la classe moyenne supérieure en tout cas. Vous n’êtes pas le «public cible» populaire, «sous-connecté» et «sous-informé» que veut toucher la Municipalité de Lausanne quand elle souhaite communiquer en insérant son publirédactionnel dans un journal. C’est pourquoi cette dernière aurait choisi «LausanneCités» pour ce nouveau type d’annonces officielles.

Prononcées en plénum mardi soir, ces réponses appellent les nôtres. D’abord, c’est vrai, dans le débat sur la crise de la presse, Tamedia, qui édite «24 heures», s’est prononcé contre une aide directe à la presse. Mais, jusqu’à nouvel avis, les insertions publicitaires n’entrent aucunement dans ce cadre-là. Les annonces publiques de Lausanne et du Canton de Vaud publiées chez nous sont d’ailleurs en forte baisse depuis deux ans. Des diminutions dépassant souvent les 10% annuels.

Fallait-il un appel d’offres pour ce mandat de quelque 170'000 francs? Non, selon le syndic, puisque «LausanneCités» est «le seul acteur gratuit» du secteur en ville. En matière de critère subjectif, il aurait pu aussi imposer le vert sur la une pour éviter la concurrence. Soyons clairs, les juristes que nous avons consultés ne sont pas du même avis. Le marché accordé, qui rentre dans la catégorie des services, dépasse le seuil fixé dans l’annexe 2 de l’Accord intercantonal sur les marchés publics (150'000 fr.) ce qui impliquerait l’obligation de passer par une procédure sur invitation prévue à l’art. 12 al. 1 let. b bis.

Chacune de nos éditions est lue par plus de trois personnes en moyenne

Avec tout le respect que nous avons pour nos concurrents et leur lutte d’indépendance pour ne pas tomber dans le giron de Christoph Blocher, au petit jeu de savoir qui est le plus populaire dans la cité, on peut comparer les chiffres. «LausanneCités» imprime 186'000 exemplaires et annonce, chiffre non certifié, 84'000 lecteurs. Il propose une large diffusion à Lausanne, mais ces exemplaires ne sont lus à peine que par 0.5 lecteur par édition, ce qui revient à dire que plus de la moitié des journaux distribués sont jetés à la poubelle sans être lus. Pour son édition de Lausanne, «24 heures» dispose d’un tirage de 23'722 exemplaires pour 75'000 lecteurs, chiffres certifiés: un taux de lecture par numéro de plus de trois personnes en moyenne par édition.

Au-delà de ces arguments écologique et d’audience, ajoutons-y les chiffres du numérique parce que nous pensons pour notre part que populaire ne rime pas forcément avec déconnexion: 475'000 visiteurs uniques contre 18'000 pour «LausanneCités». Sans oublier le fait que «24 heures» soit le seul média à systématiquement couvrir les séances du Conseil communal, jouant ainsi son rôle de service public financé par le privé. (24 heures)

Créé: 05.10.2018, 23h06

Claude Ansermoz, Rédacteur en chef

Articles en relation

«LausanneCités» a été choisi pour son public cible

Lausanne La Ville encarte des infos dans le gratuit. Le PLR a interpelé les autorités sur l’absence d’appel d’offres et de débat préalable sur cette initiative. Le syndic a répondu mardi soir. Plus...

La Ville privilégie «LausanneCités» dans l’idée de soutenir la presse

Lausanne Contre 170 000 francs par an, un journal communal de quatre pages sera encarté dans l’hebdomadaire tous les 15 jours. Plus...

Grève des journalistes romands de Tamedia

Medias Les journalistes de Tamedia Publications Romandes exigent que l'éditeur zurichois renonce aux licenciements prononcés depuis le mois de juin. Plus...

Le journal, arme de proximité massive, cherche à se réinventer

Presse écrite Les pouvoirs publics commencent à se questionner sur l’avenir de la presse régionale. Quatre pistes pour aider les journaux sont esquissées. Plus...

Des pistes pour soutenir la presse romande

Médias Soutiens et idées se multiplient pour aider les médias qui traversent actuellement une grave crise et qui sont de plus en plus en danger. Le point. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.