Outrage au sauveur des finances vaudoises

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sa maison, sa famille sont en haut, expliquait Pascal Broulis vendredi dernier d’un ton agacé sur les ondes de La Première. «En haut», c’est-à-dire sur le balcon du Jura, dans sa commune de naissance, le lieu où il a toutes ses attaches. Piqué au vif, le ministre vaudois des Finances réagissait depuis la Corée à l’article du Tages-Anzeiger selon lequel il résiderait à Lausanne tout en payant deux tiers de ses impôts communaux à Sainte-Croix, où le taux d’imposition est plus favorable.


A lire: Domicilié à Sainte-Croix, Pascal Broulis est parent d’élève à Lausanne


Dans les faits, même s’il ne fait aucun doute que son cœur demeure sur les hauteurs, Pascal Broulis peut difficilement contester qu’il passe le plus clair de son temps en bas, sous le stratus lausannois, au service de la collectivité de ce canton. Il l’a dit lui-même, ses journées de travail sont longues – seize heures, dix-sept heures, voire plus – et ne lui permettent pas de remonter chez lui aussi souvent qu’il le souhaiterait. Il ne peut pas davantage qualifier de «pied-à-terre» l’appartement qu’il loue à Lausanne et qu’il habite avec épouse et enfant sans faire mentir Le Petit Robert (n.m. Logement qu’on occupe en passant, occasionnellement ).

Toutefois, si on fait le calcul d’épicier consistant à additionner tous les week-ends, tous les jours fériés et toutes les vacances scolaires (204 jours) en partant de l’hypothèse improbable qu’un conseiller d’État vaudois a autant de jours de congé qu’un enseignant, alors oui, Pascal Broulis est légitimé à payer l’essentiel de ses impôts à Sainte-Croix. Quoique, même à ce compte-là, il passerait plus d’un tiers de ses nuits à Lausanne. Mais n’est-il pas mesquin de chercher des noises au sauveur du ménage vaudois, l’homme à qui l’on doit quinze ans de prospérité?

Aujourd’hui, c’est un autre petit caillou que l’on découvre dans sa chaussure. Si Pascal Broulis dort à Sainte-Croix avec sa famille les deux tiers de l’année, pourquoi son fils est-il scolarisé à Lausanne depuis tout petit? Sur ce point aussi, le ministre PLR qui se targue d’être «traité comme n’importe qui d’autre» donne l’impression d’avoir bénéficié d’une largesse particulière. (24 heures)

Créé: 13.02.2018, 21h49

Joëlle Fabre, rédactrice en chef adjointe

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Domicilié à Sainte-Croix, Pascal Broulis est parent d’élève à Lausanne

Vaud Un enfant scolarisé à Lausanne, alors que le conseiller d’État responsable des Finances déclare n’y passer qu’un tiers de son temps. Une situation paradoxale Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Manifestation contre Monsanto, paru le 22 mai 2018
(Image: Bénédicte) Plus...