Parents, votre enfant n’est pas Messi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comment devenir un bon père et une bonne mère de sportif? Vous ne trouverez la formule magique dans aucun manuel. Mais la recette miracle doit certainement contenir beaucoup d’amour, de patience, de présence et d’empathie pour permettre à son fils ou à sa fille de se construire. Car c’est bien de l’épanouissement de son enfant dont il est question.


A lire: «Les parents dépassent les bornes»


Comme le rappelle l’éducateur lausannois Gavriel Pinson, la première motivation des jeunes sportifs est de s’amuser et de se retrouver entre copains. Ne pas gâcher cette notion de plaisir est donc essentiel. Soutenir, sans s’emporter. En respectant l’arbitre et l’adversaire: autant de règles élémentaires pourtant galvaudées au bord de nos terrains, dans nos salles, patinoires et autres piscines.

«En Suisse, 50% des athlètes de pointe touchent moins de 14 000 francs par an»

Les parents devraient se rendre à l’évidence: il n’existe qu’un Lionel Messi parmi des centaines de millions de footballeurs. Croire que son gosse sera la nouvelle star planétaire est nocif. D’autant plus que la réalité montre qu’il y a davantage de pauvres que de riches dans le sport d’élite en Suisse. Ainsi, 50% des athlètes de pointe touchent moins de 14 000 francs par an. Dans ce contexte, autant mettre la priorité sur des valeurs telles que le plaisir, la camaraderie et l’engagement, pour que l’activité sportive demeure une expérience profitable à la construction de l’homme ou de la femme que l’enfant deviendra.

Certains parents de grands sportifs l’ont bien compris. Les Meillard en ski alpin ou les Wawrinka au tennis sont des exemples parmi d’autres. Si leurs enfants ont réussi, c’est aussi parce qu’ils ne se sont pas substitués au coach et sont restés à leur place. Soit celle de parents aimants qui soutiennent leur champion et championne en toutes circonstances: lorsque le doute s’installe, que les blessures physiques et les bleus au moral deviennent plus fréquents, que la victoire se fait rare. Conseiller, positiver, motiver, garder une oreille attentive, offrir une stabilité, du réconfort: voilà la mission des parents. A contrario, d’autres sont devenus de véritables Thénardier. Des tyrans qui sont allés jusqu’à dégoûter leur progéniture, par appât du gain ou projection malsaine. Un comportement irresponsable qui ne devrait plus avoir cours. (24 heures)

Créé: 03.12.2018, 23h00

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...