Pères sur la touche

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une semaine de congé pour la naissance d’un enfant, c’est dérisoire face aux bouleversements qui accompagnent cet événement majeur d’une vie. Et, pourtant, les pères qui en bénéficient sont des privilégiés en Suisse, où l’écrasante majorité des travailleurs doit se contenter d’un à trois jours.

Dans ce contexte, l’initiative qui réclame un congé paternité de quatre semaines apparaît comme révolutionnaire. Un texte apparemment si excessif que surgit déjà l’idée d’un compromis qui n’en proposerait que deux. C’est mieux que rien, même si ça reste ridiculement peu.


A lire aussi : Le mariage à la rescousse du congé paternité


Alors que la Suisse se demande comment elle pourra se payer cette indispensable avancée sociale, la Suède envisage de prolonger la durée du congé pour les pères de trois à cinq mois! Les Scandinaves sont à des années-lumière de la pingrerie helvétique.

Le décalage est total entre une classe politique vieillissante qui renvoie les nouvelles générations à un «on faisait comme ça avant et ça allait très bien», et ces pères qui veulent s’investir – avec les mères – dans cette nouvelle vie.

La Suisse, qui se vante de caracoler en tête des classements internationaux, aurait tout avantage à s’intéresser à ce qui assure sa pérennité: ses enfants. (24 heures)

Créé: 30.12.2017, 08h29

*Rubrique Suisse

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

C'est la guerre du rail entre CFF et BLS. Paru le 20 avril 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...