Au petit matin de la formation des adultes

Éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis son entrée en fonction en 2017 à la tête du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture, Cesla Amarelle ne s’était pas encore avancée sur le dossier de la formation des adultes. Manifestement, au petit matin de ce nouveau chapitre de sa première législature, cela commence par un blocage. La ministre s’est-elle trop hâtée, soucieuse d’une logique de résultats? A-t-elle cédé à un travers étatiste, rêvant de brandir l’absorption du Gymnase du soir par l’État de Vaud comme un chasseur accrocherait son trophée au-dessus de la cheminée au retour d’un safari? A-t-elle trop écouté son administration, l’État dans l’État qu’est son département, mammouth vaudois?


A lire: Le Gymnase du soir résiste à son étatisation


Quoi qu’il en soit, quelques semaines après avoir rendu sa décision écrite, elle rétropédale en affirmant que rien n’est encore décidé, tout en énonçant ses intentions. Manifestement la concertation a tourné au vinaigre. Sa décision devait être une première étape dans la construction d’un pôle de la formation des adultes. Ce chantier s’en remettra, ses contours sont encore flous.

«Manifestement, la concertation a tourné au vinaigre»

En revanche, les contours du Gymnase du soir sont, eux, connus depuis plus d’un demi-siècle. Lausanne, qui a initié l’institution dans les années 60, penchait pour une forme parapublique. Quand le Gymnase fêtait son quart de siècle, l’ancien syndic et député socialiste Jean-Jacques Schilt résumait cette philosophie en disant que la Ville voulait permettre à des adultes de se former, eux «dont l’épanouissement n’était pas compatible avec une structure scolaire rigide, peu propre à admettre des exceptions». Plus tard le financement fut repris par le Canton et la Confédération certifia la formation. Trente ans après cette petite phrase dont se prévalent les dirigeants du Gymnase du soir, leur association ne fait pas naufrage. L’État n’est donc pas en train de la sauver. Mais ils doivent à nouveau démontrer qu’elle n’est pas soluble dans le schéma étatique.

Sujet de dissertation: la souplesse inhérente à ce «gymnase de la seconde chance», voulu comme un outil social, peut-elle survivre à l’étatisation? Cesla Amarelle ramassera les copies à la fin de l’examen.

Créé: 30.01.2020, 06h39

Jérôme Cachin, journaliste rubrique Vaud & régions.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.