Un plébiscite Vert qui doit dépasser l’effet Greta Thunberg

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur le Léman, on se souvient de 563 et de 1584. D’Aigle à Genève, des éboulements et des vagues emportant des villages et des quartiers sur leurs passages. En 2019, le raz de marée est Vert (et Vert’libéral). On l’attendait. Mais il a été plus puissant que prévu. Sur le coup de 14 heures, le site de l’État de Vaud voyait la tache vert clair s’étendre. Elle passait par Croy, Daillens – où les projets de décharge sont combattus par les citoyens –, Clarmont ou Ferreyres. Des communes où socialistes, agrariens ou radicaux étaient devant en 2015. Idem pour Maracon, Corsier-sur-Vevey, Lovatens. Plus d’une quinzaine de communes où ces listes arrivent en tête. À 14 h 46, Daniel Brélaz, le serial prévisionniste, annonçait que son parti allait gagner deux sièges au National. Poussé notamment par la liste benjamine qui multiplie son score de 2015 par trois. Et qui montre que, probablement, les jeunes se sont mobilisés.


A lire: Une vague verte historique déferle sur la Suisse


Puis les grandes villes commencent à tomber pour les États. À Vevey, Lausanne ou Yverdon, Adèle Thorens Goumaz est devant la socialiste Ada Marra. De justesse certes, mais Géraldine Savary devançait Luc Recordon il y a quatre ans. On attendait un clapotis plus qu’un tsunami, et c’est bel et bien une vague qui arrive.

L’exception n’est pas que vaudoise. À Genève, Lisa Mazzone est largement en tête de la course au Sénat. À Neuchâtel, Fribourg ou en Valais, on enverra des conseillers nationaux écologistes siéger sous la Coupole. Même «I Verdi del Ticino» font un carton au pays du merlot avec une Greta, Gysin. À Glaris, à une vallée – celle du Muotathal – de cette prairie du Grütli où les amateurs de tir se réunissaient ce dimanche, c’est un Grüne qui va au Ständerat. La même Chambre haute grisonnante et masculine fera aussi sa place à une Verte neuchâteloise de 35 ans, Céline Vara.

«Les Verts sont désormais le quatrième parti du pays en termes de suffrages, devant le PDC»

Bref, on pourrait multiplier les exemples. Et ce résultat préfigure tout de même un sacré chamboulement. Les Verts sont désormais le quatrième parti du pays en termes de suffrages, devant le PDC. Et le troisième du canton, devant l’UDC. Ils ne pourront pas se contenter de surfer sur l’effet Greta Thunberg ou, pour les plus purs d’entre eux, sur l’apocalypse climatique prévue. Dans ce sens-là, la progression de leurs cousins libéraux est une bonne nouvelle. Pour un pays comme la Suisse, les solutions vers une transition énergétique doivent aussi être économiques.

Et puis, pour le canton comme pour le reste de la Suisse, avec l’historique première conseillère nationale à Obwald (l’UDC Monika Rüegger-Hurschler), l’effet femmes a aussi joué. En cela aussi, c’est une autre vision de la politique qui a gagné hier. Viola Amherd et Karin Keller-Sutter ne cessent de prouver au Conseil fédéral qu’on peut diriger et décider autrement.

Créé: 21.10.2019, 00h13

Claude Ansermoz, Rédacteur en chef

Articles en relation

Adèle Thorens en tête, Olivier Français attend le retrait de l’UDC

Conseil des États Pour assurer une réélection au deuxième tour du Conseil des États, le sénateur PLR doit trouver près de 20'000 suffrages. Plus...

Une vague verte historique déferle sur la Suisse

Conseil national De Genève à Saint-Gall, les deux partis Verts engrangent plus de 20% des voix. Ils comptent bien mettre la question énergétique au cœur du débat. Mais les référendums rôderont Plus...

Sophie Michaud Gigon: «Mes amis me ramènent sur terre»

La journée d'une candidate La Secrétaire générale de la FRC, candidate au Conseil national sur la liste des Verts, a gardé la tête froide dans la ferveur de la vague écologiste. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.