Passer au contenu principal

Le point Godwin se frotte au vécu

Par Gregory Wicky, Rubrique Vaud et Régions.

Depuis son accélération brutale, la pandémie occupe 100% de nos conversations: tout autre sujet paraît dérisoire, insultant envers l’urgence du moment. Or dans le flux de discussions et de messages, je ne sais pas vous, mais il m’a semblé que le point Godwin, ce fameux seuil à partir duquel un des interlocuteurs évoque l’Allemagne nazie, mettant souvent fin à la partie civilisée de l’échange, est atteint encore plus systématiquement et plus rapidement que d’habitude*. Est-ce la dictature des contraintes qu’impose la situation? Ou le fait que des restrictions aussi drastiques n’ont pas été vécues depuis la mob? (A ce rayon, on peut noter que la violence du trauma actuel est sans doute corrélé à des décennies d’habituation aux délices de la vie plutôt qu’aux privations: ces incapables du Ministère de la guerre ont oublié les tickets de rationnement pour mes sashimis! L’adaptation est dure.)

En fait, la survenue du point Godwin coïncide généralement avec la question suivante: et toi, et moi, dans ces circonstances, aurions-nous été du côté des gentils ou des salauds? Des résistants ou des collabos? Et voilà que soudain, cette crise nous offre des pistes pour nous faire une idée! Etes-vous de ceux et celles qui seraient prêts à piquer le dernier paquet de nouilles à une vieille dame devant un étal vide, ou plutôt à se porter volontaire pour aller lui faire ses courses? A stocker des masques pour les revendre à prix d’or ou à chanter depuis votre balcon pour marquer votre soutien aux soignants? Plus intéressant encore, ces temps troubles nous fournissent des infos sur les grandes entreprises que nous faisons tourner au quotidien. Se classent-elles dans celles qui forcent leurs employés à venir travailler les uns sur les autres au mépris des consignes et du bon sens, ou plutôt dans celles qui reconvertissent en urgence leurs labos vers la production de désinfectant? C’est précieux de le savoir. (Bon, cette affaire pose encore la question des bienfaits qu’une marque peut espérer tirer d’une image solidaire en termes de marketing, une sorte de Covid-washing, mais je sens qu’on aura l’occasion d’y revenir plus tard.)

Voir le contenu

Il est encore tôt pour dire si le moment irréel que nous vivons marque le début d’un nouveau paradigme, ou juste un énorme hoquet dans la grande marche en avant du progrès et du confort. Sûr en tout cas qu’il y aura un avant et un après. Et qui sait, peut-être que dans les discussions des décennies à venir, c’est le point Covid qui viendra sonner le glas de la partie civilisée de l’échange.

*On parle généralement du «point» Godwin, même si c’est la «loi» suivante qu’a élaborée l’avocat américain en 1990: «Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.