Pousser la générosité grâce au fisc? Non!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après l’eau des pompiers, c’est au tour de l’argent de ruisseler sur la cathédrale Notre-Dame de Paris, pour financer sa reconstruction. Épousant l’émotion qui secouait leur pays, les principales fortunes de France ont annoncé des donations considérables dans une sorte de spectaculaire course à la générosité, catégorie milliardaires.

Faut-il s’en indigner? Certainement pas. Cet argent est le bienvenu et le geste noble. Faut-il pour autant applaudir à tout rompre, fermer les yeux sur les déductions fiscales et condamner toute polémique à leur sujet comme mesquine et déplacée? Certainement pas non plus.


Lire aussi: Notre-Dame de Paris: le jour d'après


Le régime créé en France en 2003 pour les donations culturelles est particulièrement généreux: quand une entreprise investit dans le mécénat, elle peut déduire 60% de cet argent de ses impôts. Cela signifie que lorsque vous allez visiter une exposition dans la somptueuse Fondation Louis Vuitton, le sponsor principal est le Trésor public. On a tendance à l’oublier.

Mais ce qui peut se justifier pour encourager la création de musées privés est plus contestable quand il s’agit de restaurer un monument public comme Notre-Dame. Et le système serait devenu totalement pervers si la proposition d’augmenter la déduction fiscale à 90% proposée par l’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon avait été suivie. Concrètement, en donnant 100 euros dans une poche de l’État pour reconstruire Notre-Dame, on aurait pu reprendre 90 euros dans une autre poche sous forme de déductions fiscales. Et cette poche-là, c’est celle qui finance des petites choses comme l’école, les routes ou les hôpitaux…

«Le régime français pour les donations culturelles est très généreux: quand une entreprise investit dans le mécénat, elle peut déduire 60% de cet argent de ses impôts»

Heureusement, le gouvernement Macron n’est pas tombé dans le panneau et il n’a pas créé, sous le coup de l’émotion, une de ces nouvelles niches fiscales dont on ne cesse de répéter qu’il faut s’en débarrasser. Défiscaliser la générosité, cela paraît séduisant, mais parfois il faut savoir résister aux séductions trompeuses.

(24 heures)

Créé: 17.04.2019, 22h56

Articles en relation

Notre-Dame de Paris: le jour d'après

Drame Retour sur les principaux moments du gigantesque incendie qui a embrasé la cathédrale parisienne lundi 15 avril. Plus...

L’argent ruisselle sur Notre-Dame et suscite la polémique

France La course aux dons des premières fortunes de France pour sauver Notre-Dame tourne à la controverse sur les déductions fiscales. Plus...

Paris découvre Notre-Dame blessée mais vivante

France Chez les habitants comme chez les touristes, le soulagement a succédé mardi à la sidération. Plus...

«Notre-Dame ancre les Français dans le temps et dans l'espace»

France Le politologue Gil Delannoi explique en quoi cette cathédrale est capitale dans la formation de la France en tant que nation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.