Passer au contenu principal

La réélection de Lauber est juste un répit

Michael Lauber est un bon avocat. Il lui aura fallu mobiliser son réseau et ses qualités de communication pour convaincre l’Assemblée fédérale de le réélire. Et encore, le procureur général de la Confédération a senti le vent du boulet ce mercredi à Berne. Une poignée de voix l’a séparé de la porte de sortie. Dans l’immédiat, sa réélection offre certes un répit dans la crise qui planait sur la Suisse. Mais tout n’est pas réglé.

----------

Lire aussi: Michael Lauber sauve sa peau in extremis

----------

De nombreux feux allumés par le procureur lui-même restent à éteindre. Suite aux révélations sur les rencontres informelles qu’il a eues avec le président de la FIFA, Gianni Infantino, Michael Lauber s’est défendu bec et ongles. C’est son droit, mais la manière de le faire laissera des traces, dans la mesure où il a tiré à vue sur des piliers pourtant fondamentaux d’une démocratie qu’il est censé défendre. Il a accusé les médias d’abord, qui ont révélé ces rencontres «secrètes». C’est devenu tendance: quand on a fauté, on dit que c’est la presse qui a la gale. Plus grave, Michael Lauber a critiqué la décision du Tribunal pénal fédéral, qui l’a récusé dans le complexe des enquêtes FIFA. Se faire récuser, cela arrive. Mais l’énergie avec laquelle il s’est entêté à minimiser son erreur, reconnue et établie par Bellinzone, est plus que gênante.

«Le procureur général de la Confédération a senti le vent du boulet ce jeudi à Berne»

Enfin, le feu qui sera peut-être le plus difficile à éteindre et qui menace toujours l’institution est celui qui embrase la relation entre Michael Lauber et son autorité de surveillance. Le procureur général ferait mieux de collaborer désormais à une enquête disciplinaire qu’il a tout fait pour ralentir. Personne n’est au-dessus des lois, ni du contrôle démocratique.

Ce mercredi, c’est Michael Lauber le procédurier qui a gagné à Berne. Mais les liens de confiance sont abîmés. Comme d’autres, le procureur entretient une image dommageable: celle d’une démocratie où l’on peut s’asseoir sur son devoir d’exemplarité sans craindre pour son fauteuil.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.