Regardons notre steak les yeux dans les yeux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Qu’elles semblent longues ces quatre minutes de vidéo tournées dans un abattoir vaudois et diffusées mercredi par l’association Pour l’Égalité Animale. Difficile de ne pas détourner le regard. Je ne suis pourtant pas délicat. Dans le village de mon enfance, je m’arrêtais parfois devant l’abattoir communal pour observer avec intérêt les bouchers découpant des vaches suspendues par les pieds. Mais l’instant de la mise à mort, je ne le voyais pas.


A lire: Une vidéo montre la réalité d'un abattoir vaudois


Et pourtant, tout mangeur de viande devrait pouvoir visionner cette séquence dans son intégralité. Car elle rappelle une vérité toute simple: avant d’atterrir dans notre assiette, notre steak était une partie d’un animal vivant qu’il a bien fallu tuer. Regarder ces images, c’est donc se reconnecter à la réalité. Après, libre à chacune et chacun de changer ou non ses habitudes alimentaires. La cohérence exigerait toutefois que ceux qui n’en sont pas capables renoncent à manger de la viande.

«Tout mangeur de viande devrait pouvoir visionner cette vidéo dans son intégralité»

Pour les autres, deux possibilités. Persévérer dans l’indifférence, voire le cynisme, en continuant à se gaver de protéines, si possible bon marché. Ou alors tenter de concilier ses envies et convictions en privilégiant la qualité des produits et la production locale. Sans oublier de se renseigner précisément et directement auprès de ses fournisseurs. Une recette déjà évoquée il y a quelques mois lors de la polémique sur les conditions d’élevage des porcs.

Ces nouveaux réflexes à adopter sont aussi un moyen de lutte contre la déconnexion croissante de nos actes avec la réalité. Un clic en ligne est si facile.

Mais comme il y a parfois derrière certains achats en ligne un travailleur exploité à l’autre bout du monde, il y a forcément derrière notre steak quelqu’un qui s’est chargé du «sale boulot». Ce qui était une évidence du temps où le cochon était saigné devant la ferme doit désormais être réintégré. Même si ce réveil des consciences est parfois douloureux. (24 heures)

Créé: 13.12.2017, 21h14

Sylvain Muller, rubrique Vaud & régions

Articles en relation

Une vidéo montre la réalité d'un abattoir vaudois

Cause animale L'association Pour l'égalité animale (PEA) a mis en ligne une vidéo destinée à provoquer une prise de conscience chez les consommateurs. Plus...

Vich: fin dans le calme de l'occupation de l'abattoir

Vaud Après 10 heures de blocus, les militants de l'abattoir vaudois ont mis fin jeudi après-midi à leur manifestation. Plus...

Bœuf et veau seront testés à l'abattoir

Suisse Pour prouver l'origine de la viande par l'ADN, un échantillon sera prélevé puis analysé sur chaque animal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.